Ils incarnent, depuis près d'un demi-siècle, le refus de l'oubli. Ils personnifient le combat pour la mémoire et la justice. Leur parole est nécessaire.

Serge et Beate Klarsfeld à Strasbourg, le 10 septembre 2015
Serge et Beate Klarsfeld à Strasbourg, le 10 septembre 2015 © Maxppp / PHOTOPQR/L'ALSACE/Jean-Marc LOOS

Serge Klarsfeld indique avoir accepté d'écrire ses mémoires "pour avoir une sorte d'aide-mémoire qui récapitule" ce que lui et son épouse ont fait, ce qu'ils "légueront à leurs petits-enfants". Beate Klarseld indique que c'est son mari qui l'a "inspirée" à devenir l'héroïne qu'elle est aujourd'hui. "C'est lui qui m'a enseignée l'histoire, et puis les évènements m'ont conduite à agir, et là, nous agissons ensemble ».

"Il faut poétiser ta vie, Beate, la recréer, y participer non pas inconsciemment, en existant simplement, mais consciemment, en la vivant, en t'imposant. D'une petite expédition des Grecs à Troie, Homère a fait L'Iliade et ce pouvoir nous l'avons tous, sinon dans le domaine de l'art, du moins dans celui de la vie. Un peu de courage, de bonne humeur, d'énergie, d'attachement à l'humanité. Beaucoup de poésie pour transfigurer ce que l'on vit et le hausser au niveau d'une expérience exaltante". Petit chou, tu dois déjà dormir ou sourire de ces bons conseils, mais c'est ce que j'ai de mieux à t'offrir pour ton anniversaire et de plus sincère et de plus durable. Ce n'est pas "le professeur" qui t'écrit, mais ton Serge qui t'aime." Extrait de "Mémoires" de Beate et Serge Klarsfeld aux Éditions Le Livre de Poche.

Musiques :

  • Marlene Dietrich avec Où vont les fleurs
  • YOM avec Silence de l’exode, partie 9

Archive Ina du 12 décembre 1948 (au micro de Maurice Lawrence) : Fausto Coppi

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.