Toute cette semaine, l'Heure Bleue sera consacrée à ce penseur de la modernité. Deux voix, celle d'abord de Nicolas Bouchaud avec des extraits du texte "Autocritique", puis celle d'Edgar Morin en personne...

Edgar Morin, philosophe et sociologue français, à son domicile le 15 juillet 2004 à Paris, en France.
Edgar Morin, philosophe et sociologue français, à son domicile le 15 juillet 2004 à Paris, en France. © Getty / Photo par Ulf Andersen

Edgar Morin est un jeune homme de 97 ans qui continue à inventer, à croire en l’avenir de la fraternité et de l’égalité. Penseur trans-disciplinaire, il a innové dans bien des domaines et a forgé le premier des armes théoriques et politiques pour penser la complexité de notre monde. Cinéaste, poète, sociologue, il fut aussi un grand résistant.

Nous avons choisi de faire entendre grâce à Nicolas Bouchaud un de ses textes intitulé "Autocritique", tant ce qui s’écrit est actuel et positivement intempestif ! C’était la première fois qu’à l’aube des années 60, un intellectuel se repentait publiquement et essayait de comprendre son aveuglement idéologique et l’illusion du communisme.

En deuxième partie, Edgar Morin se raconte chez lui : ses espoirs en l’avenir, ses espérances pour des lendemains plus écolos et pour un monde où l’inégalité pourrait décroître. Sa vie est un roman, un roman vrai.

Aujourd'hui, premier épisode : Edgar Morin évoque l’avant guerre, sa jeunesse et son entrée dans le parti communiste.
Extraits des chapitres Avant-propos et Le Chemin des écoliers.

Alors j'éprouve le besoin de pressurer les années écoulées. Ce n'est pas tant la liqueur du temps retrouvé que je cherche ni essentiellement la confession publique devant le lecteur anonyme. Je cherche à me vider, me nettoyer, me rendre transparent, afin de voir clair, à travers moi-même, par delà moi même.

Lecture : Nicolas Bouchaud

Musique originale : Ihab Radwan

Collaboration à la réalisation : Elodie Royer

Réalisation : Lilian Alleaume

Assistants : Anne-Sophie Dazard et Antoine Joubert

Programmation musicale : Jean-Baptiste Audibert

Merci aux Editions Robert Laffont et à la collection Bouquins.
Merci aux Editions du Seuil.

Abonnez-vous au podcast pour écouter dès aujourd'hui les 5 émissions consacrées à Edgar Morin

Aller + loin

Edgar Morin a écrit une Tribune dans Le Monde

Il manque une pensée directrice au mouvement des “ gilets jaunes”

La jaunisse est le signe d’une crise de foie. Les « gilets jaunes » sont le signe d’une crise de foi. Crise de la foi dans l’Etat, dans les institutions, dans les partis, dans la démocratie, dans ce que les partis appellent le système tout en faisant partie du système.

L’irruption soudaine de ce mouvement imprévu, son ampleur, ses désordres, puis les violences du samedi 1er décembre nous obligent à réviser les modes de penser prééminents sur notre société, sur sa civilisation, sur leurs carences et misères tant physiques que morales, sur notre République, sur notre présent, notre avenir et à repenser notre politique.

Lire la suite

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.