Au début du film, les murs tremblent : l’immeuble de Téhéran où vivent Emad et sa femme, Rana, menace de s’effondrer. A la fin, ce couple d’intellectuels, est en ruine.

Asghar Farhadi avec son prix pour le meilleur scénario, le 22 mai 2016 pendant le Festival de Cannes
Asghar Farhadi avec son prix pour le meilleur scénario, le 22 mai 2016 pendant le Festival de Cannes © Getty / Stéphane Cardinale - Corbis

Ce drame domestique et social épuré signé du cinéaste iranien a bousculé la critique et les festivaliers.

► Lire à ce sujet : "Le client", un film de Asghar Farhadi, sortie en salle le 9 novembre 2016

Traduction en farsi : Massoumeh

Au téléphone : Jean-Michel Frodon, qui a rencontré en Iran Jafar Panahi, cinéaste, interdit d’exercer son métier dans son pays et interdit d'en sortir mais qui malgré tout, continue de vivre, de réaliser des films parce que c'est l’essence même de son existence. Le Centre Pompidou propose une rétrospective intégrale de son œuvre jusqu'au 13 novembre.

Choix musicaux : Gipsy Kings avec Bamboleon

Musique : Sonita Alizadeh avec Brides for sale

Extraits de films :

  • "Le Client" d’Asghar Farhadi
  • "Ten" d’Abbas Kiarostami
  • "Taxi Teheran" de Jafar Panahi

  • Archive Ina du 1er janvier 1968 ( émission de Jean Chouquet) : Harold Pinter à propos de la vie et de son ambiguïté
  • Archive Ina du 6 octobre 2011 : Marjane satrapi sur les préjugés sur l’Iran au travers de ses films Persepolis et Poulets au prunes avec un extrait de la Bande Originale du film Persepolis

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.