Il revient avec un nouvel album, mais pas seulement. Bertrand Belin signe également un troisième roman et la musique d’un film.

Bertrand Belin, musicien, chanteur et écrivain français (Paris, 23 novembre 2018)
Bertrand Belin, musicien, chanteur et écrivain français (Paris, 23 novembre 2018) © AFP / Stéphane de Sakutin

Ce crooner des temps moderne dit lui-même être tombé amoureux de la musique en écoutant le 45 Tours de Bashung, Gaby, puis avoir découvert la littérature avec L’Encre de miséricorde de Pierre McOrlan.

Avec son look à la Elvis Presley, un brin dilettante et son air détaché, Bertrand Belin est un grand passionné de guitares comme les Gibson ou Les Paul.

Pour son sixième album Persona, le natif de Quiberon compose et chante treize chansons de sa voix grave et enivrante. Entre folk et rock, ce disque est aussi une poésie intime, chantée et chuchotée.

Je n’ai pas envie d’enfermer mes chansons, leur ambiguïté est volontaire, dit Bertrand Belin, mes personnages ne sont jamais déclarés, ils flottent dans un monde sans vrai rebord, on ne sait pas leur âge, leur sexe, comment ils sont habillés, à quelle société ils appartiennent.

De littérature, de poésie, il en est aussi question dans la vie du musicien. Sa relation au verbe et au mot nourrit son troisième et nouveau roman Grands carnivores, qui vient de paraître chez P.O.L.

Egalement compositeur et acteur pour le cinéma, il vient de composer la musique de Ma vie avec James Dean, en salle le 23 janvier.

On retrouvera Bertrand Belin en concert à l’Olympia le 11 avril 2019.

Choix musical : Tempérament - Malik Djoudi

Pastille sonore : Rodolphe Burger 

Archives :

  • Archive Ina de 1958 : Francis Ponge définit ce qu’est un poète
  • Archive Ina du 10 décembre 1979 : Jorges Luis Borges à propos de l’écriture de ses histoires fantastiques

Générique : Veridis Quo - Daft Punk  

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.