Après avoir remporté le Lion d'or en 2016 pour "La femme qui est partie", Lav Diaz propose un film dont l'action se situe en 1977. "La saison du diable" est entièrement chantée, à la mémoire des victimes de la dictature de Marcos.

Lav Diaz, cinéaste, à Berlin, le 20 février 2018
Lav Diaz, cinéaste, à Berlin, le 20 février 2018 © AFP / Maurizio Gambarini / dpa

Reconnu comme le "père idéologique du nouveau cinéma philippin ", Lav Diaz a été régulièrement donné en exemple par de jeunes cinéastes dont les œuvres ont marqué l’émergence d’une "nouvelle vague " philippine dans les années 2000. Il y a deux ans, le cinéaste avait battu un record mondial en présentant à la Berlinale dans la compétition, "A Lullaby to the sorrowful mystery", un film de huit heures. Cette année, toujours à Berlin, pour la 68ème édition, Lav Diaz revenait en compétition avec "Season of the Devil", en français, "La saison du diable".

Pour son nouveau long-métrage, Lav Diaz a choisi de changer de genre, puisque c'est un film musical. Plus précisément un “opéra rock”, presque entièrement dépourvu de dialogues, ou plutôt : ils ont tous été remplacés par des chansons. Des chants a capella apparemment improvisés, des complaintes en forme de mantras tristes, bref, du cinéma au style très contemporain, un mélange fascinant de réalisme et de poésie qui ne dure "seulement" que quatre heures. Mais comme dans les précédents films du cinéaste, "La saison du diable" est une ode à la liberté et la résistance, un appel à la révolte du peuple philippin contre toutes les injustices, toutes les oppressions, toutes les dominations politiques, morales ou religieuses, tout en évoquant l’histoire passée du pays pour mieux questionner son présent. 

Date de sortie du film : le 25 juillet 2018

Interprète : Hélène Joguet Lejean 

Choix musical : Extrait de la bande son du film "La saison du diable" : Aling Maria

Extrait du film : La saison du diable 2018 

Archives : 

  • Archive Ina du 15 janvier 1950 (au micro de Jean Régis Bastide) : Robert Bresson à propos de la notion d’abstraction
  • Archive Ina du 29 novembre 2016 : Brillante Mendosa à propos de son film Ma’ rosa
  • Archive Ina du 7 janvier 1986 : Andrei Tarkovski à propos de la notion de temps dans ses films 

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.