Toute cette semaine, mais aussi toute l'année, l'Heure Bleue a été, est #Toutes féministes. Ce soir, la danseuse et chorégraphe Germaine Acogny, fière d'être femme, et pas seulement puisqu'elle refuse l'étiquette de féministe. est 'invitée de l'Heure Bleue.

La danseuse et chorégraphe Germaine Acogny, dans l'école qu'elle a fondée, "L'École des Sables", à Dakar (Sénégal).
La danseuse et chorégraphe Germaine Acogny, dans l'école qu'elle a fondée, "L'École des Sables", à Dakar (Sénégal). © Maxppp / Elise Fitte-Duval/Panapress

Danseuse et chorégraphe franco-sénégalaise, Germaine Acogny est considérée comme la mère de la danse contemporaine africaine. 

En 1968, elle fonde à Dakar son premier studio de danse africaine. Influencée par l’héritage gestuel de sa grand-mère, prêtresse Yoruba, son apprentissage des danses traditionnelles africaines et des danses occidentales (classique, moderne), Germaine Acogny a mis au point sa propre technique de Danse Africaine Moderne.

Le crâne rasé et la démarche assurée, elle affiche un style androgyne sans nier sa féminité. Sur scène comme au quotidien, cette grande femme charismatique dégage une aura particulière, une sorte de présence à la fois sage et maternelle.

Cette artiste, à la carrière internationale, milite pour favoriser l’émergence de "leadeuses" dans le monde de la danse.

Dans son école de danse au Sénégal, l'École des sables, les femmes apprennent à prendre "confiance et conscience" via leur corps. Une école qui est aussi un centre de formation international en danses africaines, qu’elle a créé en 1998 avec son mari Helmut Vogt à Dakar, et qui est à son image : paisible, ouvert et convivial. Des danseurs du monde entier viennent y apprendre la danse africaine et contemporaine.

Laure Adler avait rencontré Germaine Acogny, l'année dernière au Festival d'Avignon, pour "Multiple-s", une trilogie de trois face-à-face conçus et interprétés par Salia Sanou, danseur et chorégraphe, avec Germaine Acogny, la romancière, Nancy Huston et le chanteur, BabX. 

Choix musicaux : 

  • Let's do it (let's fall in love) - Ella Fitzgerald
  • Heart of gold - Johnny Cash 
  • Du bonheur - Jean-Louis Aubert

Archives : 

  • Archive : Aimé Césaire lit son poème "Mot"
  • Archive Ina du 14 mai 1977 : Pina Baush parle de la beauté et de la proximité du théâtre allemand avec la danse 
  • France Culture, à Voix Nue, émission du 26 décembre 2000 : Maurice Béjart raconte sa rencontre avec Léopold Sédar Senghor

Générique : Veridis Quo - Daft Punk

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.