Après son premier volume paru à l’automne 2015 aux Ed. Inculte, André Markowicz continue à explorer son territoire, celui du texte, des identités, de la traduction.

Portrait non daté du romancier russe Fiodor Dostoievski,
Portrait non daté du romancier russe Fiodor Dostoievski, © AFP / AFP

André Markowicz est surtout connu comme le traducteur de l’œuvre complète de Dostoïevski, de pièces de Tchékhov et de Shakespeare. "Partages II" est plus "personnel" puisque l’ouvrage reprend la deuxième année de ses chroniques sur Facebook, écrites entre juillet 2014 et juillet 2015. L’expérience inaugurée en juin 2013 a donc continué, avec un texte tous les deux jours, quelles que soient les circonstances. Au fil des jours, sans plan préétabli, il a tout naturellement suivi le fil de l’actualité générale, depuis la guerre de Gaza jusqu’à la guerre de Daech, avec les luttes sociales à travers toute l’Europe et les progrès des communautarismes. Au fil du temps, il s'est permis d'écrire des chroniques de plus en plus longues, parce qu'il se disait que ses lecteurs du réseau social pouvaient prendre le temps de les lire tranquillement et c’est finalement ce qui justifie qu'il les reprenne sous la forme d’un livre, revues, relues, vérifiées quand le besoin s’en faisait sentir.

"(...) Voguons. Vers où voguer ?..." chez Pouchkine. Ce n’est pas simplement la reprise d’une image. C’est une citation. Je veux dire, la désignation de l’autre en soi dans un poème lyrique, et un salut, lancé d’une langue à l’autre, d’une littérature à l’autre, d’un style à l’autre. L’autre, dit Pouchkine, est en moi comme un frère. Je ne suis pas que moi. Mandelstam, près de cent ans plus tard, parlera de la citation (sur laquelle il fonde sa propre langue poétique) comme d’une cigale. En russe : tsitata-tsikada (la citation-cigale). Pas seulement la présence constante, en arrière-fond, pas seulement la mémoire, mais le salut, et le sourire de la reconnaissance". Extrait de "Partages II", d'André Markowicz, aux Éditions Inculte.

Pastille sonore : Alain Françon

Choix musicaux :

« Partizanenlied » par Moshe Lesier et Amy Flammer au violon

  • Archive Ina du 25 mars 2014 : Svletana Alexievitch à propos de son enfance et de la guerre
  • Extrait d’une conférence de presse du 10 avril 1974 : Alexandre Soljenitsyne évoque les régimes totalitaires.
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.