Les thèses ne manquent pas pour expliquer l'apparition du capitalisme et de ses conséquences. Le philosophe, Dany-Robert Dufour poursuit ses recherches sur ce sujet en publiant un nouvel ouvrage au titre volontairement provocateur : "Baise ton prochain : une histoire souterraine du capitalisme" (Actes Sud).

Gros plan sur un bouton de manchette signe dollar d'un homme d'affaires.
Gros plan sur un bouton de manchette signe dollar d'un homme d'affaires. © Getty / Tetra Images

"Baise ton prochain : une histoire souterraine du capitalisme" est un essai qui replace les idées contenues dans le texte "La fable des abeilles suivi suivi de Recherches sur l'origine de la vertu morale" écrit par Bernard de Mandeville en 1714, à la source de la pensée économique libérale moderne.

Quittez donc vos plaintes, mortels insensés ! En vain vous cherchez à associer la grandeur d’une Nation avec la probité. Il n’y a que des fous qui puissent se flatter de jouir des agréments et des convenances de la terre, d’être renommés dans la guerre, de vivre bien à son aise et d’être en même temps vertueux. Abandonnez ces vaines chimères. Il faut que la fraude, le luxe et la vanité subsistent, si nous voulons en retirer les doux fruits.

Dany-Robert Dufour a eu accès à ce texte étonnant, complètement oublié ou presque, datant de 1714, de l'époque même où ce système s'est mis en place et qui pourrait considérablement renouveler les analyses permettant de savoir dans quelle galère au juste nous sommes embarqués.

L'auteur souligne l'actualité des thèses de Mandeville jusque dans le capitalisme financier et évalue les conséquences modernes de cette révolution culturelle libérale du XVIIIe siècle.

Extraits

"Je suis un philosophe critique de son temps, mais c'est peut être un pléonasme, de dire philosophe et critique. Je suis extrêmement critique de mon temps. Je pense que vous êtes tout à fait au début, que notre monde est en train de très, très mal tourner et que ceci est la conséquence directe du tournant, je dirais pervers. Qui a donné naissance au capitalisme dont je parle dans ce livre Baise ton prochain, puisque ça commence par là et après tout ça a très, très bien fonctionné. "

"Évidemment, j'ai des idées sur l'état du monde et sur le capitalisme d'aujourd'hui. Mais vous savez, cette idée de Mandeville, elle a été reprise par un grand économiste du vingtième siècle autrichien qui s'appelle Joseph Schumpeter, qui a construit ce concept, donc de destruction créatrice, dont il a dit qu'elle était au centre du capitalisme. Le capitalisme fonctionne à la destruction créatrice. Qu'est ce qu'il entendait par là ? Qu'il peut y avoir de nouveaux progrès ?"   

"Nous sommes dans le néolibéralisme avec un dynamisme incroyable. Le problème, c'est qu'on ne sait pas arrêter cette machine et on ne sait pas arrêter ce discours du capitalisme qui est fondé justement sur la destruction éventuellement créatrice." 

Choix musical : John Coltrane - Like Someone In Love.

Extrait d’une émission TV sur C8 du 19 mars 2017 : Emmanuel Macron explique à des écoliers la différence entre la droite et la gauche 

Générique : Veridis Quo - Daft Punk

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.