Le documentaire "Nothingwood" de Sonia Kronlund, en salles le 14 juin, braque les projecteurs sur l’étincelante superstar du cinéma afghan Salim Shaheen. Et c'est réussi !

Le réalisateur afghan Salim Shaheen le 24 mai 2017 pendant la 70ème Edition du Festival de Cannes à Cannes
Le réalisateur afghan Salim Shaheen le 24 mai 2017 pendant la 70ème Edition du Festival de Cannes à Cannes © AFP / NICOLAS PRATVIEL

Hollywood et Bollywood n’ont aucun secret pour vous ? Désormais, ce sera la même chose avec Nothingwood. Ce genre a été inventé par l’acteur-réalisateur-producteur afghan Salim Shaheen, une manière pour l’intéressé de désigner le désert cinématographique de sa patrie, l’Afghanistan. Auteur d’une centaine de films, Salim Shaheen était inconnu de la cinéphilie mondiale mais plus depuis la Quinzaine des réalisateurs à Cannes grâce à Sonia Kronlund, productrice, journaliste et voix de la géniale émission de radio "Les Pieds sur terre" sur France Culture.

Elle a suivi Shaheen en train de tourner son 111ème film, avec sa petite équipe dont son acteur fétiche Qurban Ali. Au mépris des risques encourus, ils sont allés jusque dans les endroits les plus dangereux d'Afghanistan pour assouvir leur soif de cinéma, comme à Bamiyan où les bouddhas géants vieux de 1500 ans ont été détruits par les talibans. Ses films sont mêmes vus en cachette par des talibans, apprend-on dans "Nothingwood", outre Schwarzenegger, les idoles de ce personnage haut en couleurs se nomment Sylvester Stallone et Jean-Claude Van Damme. La suite, c’est ce soir dans l’Heure Bleue.

Choix musical : Bachar Mar Khalifé : "Kyrie Eleison"

Extraits du film "Nothingwood"

  • Archive Ina du 11 janvier 2011 (Les Pieds sur terre) : Papy danse
  • Archive Ina du 26 mars 2004 : Siddiq Barmak à propos de son film "Osama"

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.