Ingmar Bergman aurait eu cent ans le 14 juillet de cette année. A cette occasion, la cinéaste allemande Margarethe Von Trotta s’interroge sur l’héritage du maître, son travail et sa vie personnelle, à travers un documentaire, "A la recherche de Ingmar Bergman".

Margarethe von Trotta actrice, réalisatrice et scénariste de cinéma allemande, au musée du film de Düsseldorf, Allemagne, le 11 mai 2017.
Margarethe von Trotta actrice, réalisatrice et scénariste de cinéma allemande, au musée du film de Düsseldorf, Allemagne, le 11 mai 2017. © Maxppp / Melanie Zanin/dpa/picture-alliance

Dans "A la recherche d'Ingmar Bergman", la réalisatrice allemande Margarethe von Trotta part sur la trace du cinéaste pour tenter, au gré de ses rencontres, de percer le mystère de sa singularité, et s’interroge sur l’héritage du maître, son travail et sa vie personnelle, qui continue d’inspirer des générations de réalisateurs.
 

Elle y montre comment, en transposant à l'écran ses névroses, puisées dans les blessures de l'enfance et d'une éducation rigoriste de fils de pasteur, il s'est fait le grand explorateur de l'âme humaine et par là le précurseur d'un certain cinéma d'auteur. Ce film s’inscrit résolument dans la tradition des autofictions en littérature qui ambitionnent autant de mettre en récit l’auteur lui-même que de raconter une histoire qui échappe à son auteur, c'est ainsi que Margharete von Trotta raconte son arrivée à Paris, sa propre carrière d’artiste tout en la mettant en perspective avec l’œuvre de Bergman.
 

Une rétrospective de l'ensemble de ses films est organisée la Cinémathèque, à Paris, du 19 septembre au 11 novembre ainsi que dans certaines salles.

Extraits de films de Margarethe Von Trotta : 

  • "Les années de plomb" 
  • "À la recherche d’Ingmar Bergman" 

Archives : 

  • Archive Ina du 27 avril 1981 : Rainer Werner Fassbinder  donne son avis sur le film comme œuvre d’art 
  • Archive Ina du 6 juillet 1974, entretien TV "Un certain regard" : Hannah Arendt parle de libéralisme et de politique philosophique.
  • Archive Ina du 18 décembre 1988 : Ingmar Bergman à propos de la mélancolie dans ses films

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.