Bienvenue dans le monde de la marchandise, standard ou de sélection !

Une plante qui grandit avec des euros
Une plante qui grandit avec des euros © Getty / Jose A. Bernat Bacete

Luc Boltanski, sociologue et directeur d'études à l’EHESS, et Arnaud Esquerre, sociologue et chargé de recherche au CNRS, publient Enrichissement : une critique de la marchandise.

Un essai sur l'économie de l’enrichissement issu du capitalisme. En restituant le mouvement historique qui, depuis le dernier quart du XXème siècle, a profondément modifié la façon dont sont créées les richesses en Occident, Luc Boltanski et Arnaud Esquerre montrent que l’économie de l’enrichissement profite avant tout aux rentiers -ceux qui détiennent déjà un patrimoine- et les enrichit même. Les auteurs tentent de saisir l'ampleur de ce changement, de cette forme neuve de capitalisme. Ils constatent que si "l'accumulation capitaliste se poursuit et même s'intensifie", "elle prend appui sur de nouveaux dispositifs économiques". C’est bien la création de ces nouveaux dispositifs inégalitaires que cible le livre, et non une critique du commerce. Pour cet ouvrage écrit en quatre ans, les deux sociologues revendiquent le mode artisanal, entre flânerie, documentation fleuve et entretiens informels d’acteurs économiques.

"Notre souci principal a été de nous dégager des relations souvent difficiles qu’entretiennent la sociologie et l’anthropologie avec l’économie et qui conduisent nombre de sociologues et d’anthropologues tantôt à ignorer l’économie (comme s’il y avait une autonomie des relations d’échanges symboliques par rapport aux relations d’échanges de biens) ; tantôt à se saisir hâtivement de modèles venus de l’économie pour les appliquer aux objets qui sont les leurs et, du même coup, à justifier les décisions de politique économique qui concernent ces objets ; tantôt à développer au contraire une attitude critique face à l’économie en général, comme si la sociologie et l’anthropologie avaient seules accès à une vérité des relations entre les êtres humains qui échapperait à une science économique taxée, en quelque sorte, d’inhumanité. Si la critique est loin d’être absente de notre ouvrage, elle est dirigée vers le capitalisme contemporain, non vers l’économie en tant que telle. Notre intention a donc été de poursuivre les efforts des chercheurs, sans doute plus nombreux dans un passé pas si lointain qu’ils ne le sont aujourd’hui, qui ont œuvré en faveur d’une unification des sciences sociales, contre toutes les formes d’orthodoxie disciplinaire. Cet effort passe aujourd’hui, selon nous, par un dépassement des tensions qui opposent des approches héritées plutôt du positivisme (fréquentes en économie) et des approches relevant plutôt du constructionnisme (plus fréquentes en sociologie). Nous avons cherché à avancer dans cette voie en développant un structuralisme pragmatique. Cette approche permet d’articuler à la fois une histoire sociale et une analyse des compétences cognitives que les acteurs mettent en oeuvre pour agir." Extrait de l'avant-propos de "Enrichissement : une critique de la marchandise" Luc Boltanski et d'Arnaud Esquerre aux Éditions Gallimard.

Choix musical d’Arnaud Esquerre : Charles Aznavour avec ‘’Je m'voyais déjà ‘’

Choix musical de Luc Boltanski : Jane Birkin avec ‘’Baby alone in Babylone’’

Archive Ina du 2 septembre 2013 : La voix de Tzvetan Todorov

Générique : Veridis Quo des Daft Punk


L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.