Quand deux grands intellectuels se rencontrent et confrontent leur vision sur l'Islam, cela donne : "La controverse : dialogue sur l'islam" (Stock), avec Rémi Brague et l'invité de l'Heure Bleue Souleymane Bachir Diagne.

Souleymane Bachir Diagne, philosophe, professeur de français à l'université Columbia, spécialiste de l'histoire des sciences et de la philosophie islamique, à Berlin le 13 septembre 2019.
Souleymane Bachir Diagne, philosophe, professeur de français à l'université Columbia, spécialiste de l'histoire des sciences et de la philosophie islamique, à Berlin le 13 septembre 2019. © AFP / John MACDOUGALL

L'islam est-il une religion différente des autres, arc-boutée sur un texte provenant directement de Dieu, une théologie éminemment politique qui tolère la violence ? Ou bien l'opinion dominante est-elle tout simplement devenue islamophobe, incapable de voir dans cette tradition religieuse la rationalité, la spiritualité et la liberté de penser et de pratiquer qui s'y trouvent ? Comment peut-on débattre d’une religion ? 

L’islam n’est ni une philosophie ni une idéologie, comme le marxisme ou le nationalisme.

C’est une foi personnelle, et une religion vieille de quatorze siècles. Elle est confessée par presque deux milliards de personnes dans le monde, en Asie, en Afrique, en Europe, en Amérique. 

"La controverse : dialogue sur l'islam" pose les questions et tente d'y répondre avec deux hommes, qui ne se connaissaient pas, qui se sont retrouvés durant quatre longues séances de discussion. 

Rémi Brague avait toujours son coran (en arabe) en main, tandis que Souleymane Bachir Diagne en récitait des versets. Chacun a fait montre d’une parfaite courtoisie. Chacun a discuté des extraits du Coran qu'ils connaissent tous deux en arabe, de l'histoire de l'expansion de l'islam et son entrée dans la modernité. 

Ils n'éludent aucune question, de l'islamisme à la place des femmes, en passant par la question du djihad et le rapport aux autres religions. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.