En cette journée de la femme et pour clore notre semaine consacrée à la gente féminine, nous recevons Yvette Roudy. Première femme ministre du droit de la femme en France, nommée par François Mitterrand. C’était en 1982.

Yvette Roudy,  femme politique ayant soutenu la cause féministe, le 24 août 2013 pendant l’université d'été du Parti Socialiste.
Yvette Roudy, femme politique ayant soutenu la cause féministe, le 24 août 2013 pendant l’université d'été du Parti Socialiste. © Maxppp / Christophe Morin/IP3 PRESS

Yvette Roudy a consacrée toute sa vie aux droits des femmes.

Au milieu des années 1960, elle est contactée par Colette Audry, une intellectuelle engagée et lauréate du prix Médicis de 1962. C’est une rencontre déterminante pour la jeune Yvette Roudy. 

Colette Audry sera comme une « seconde mère », et un modèle de féministe. Elle l’intègre au Mouvement démocratique féminin, et fera naître en elle la volonté de s’engager en politique pour faire avancer la cause des femmes.

Elle propose à Yvette Roudy de traduire en français The Feminine Mystique de Betty Frieden, un livre sur le malaise des femmes face au patriarcat, qui parait aujourd’hui dans une version augmentée dont Yvette Roudy signe la préface.

La vérité est que le féminisme est un mouvement politique. Mais toutes les associations féministes n’en ont pas encore pris conscience. Chaque fois qu’un mouvement politique se met en marche vers le progrès – lors des révolutions, par exemple -, les femmes sont là, et elles mettent en avant leurs revendications.

En 1971, elles signeront ensemble le « Manifeste des 343» qui commence comme ceci :

« Un million de femmes se font avorter chaque année en France. Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées, alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples. On fait le silence sur ces millions de femmes. Je déclare que je suis l'une d'elles. Je déclare avoir avorté…

Quelques années plus tard, en 1979, Yvette Roudy est élue députée européenne avant que François Mitterrand ne la nomme ministre du droit de la femme, premier ministère jamais créé avant elle.

A cette époque, ses combats sont une « révolution » pour les femmes : la contraception, le remboursement de l’IVG, mais aussi l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes.

Aujourd’hui, trente ans après, cette dernière question concernant la rémunération des hommes, toujours plus élevée de 24% en moyenne que celle des femmes, reste non résolue…ou en passe de l’être ?

Les féministes de demain ont encore de beaux jours devant elles. Nous comptons sur elles

Choix musical : Les amoureux des bancs publics de Georges Brassens

Pastille sonore : Najat Vallaud Belkacem  

Archives : 

  • Extrait d’un entretien pour RTL le 25 février 2019 (au micro d’Elisabeth Martichoux) : Agnès Buzyn à propos de la polémique de vente d’un voile chez Décathlon 
  • Archive Ina du 12 octobre 2006 ( au micro de Tewfik Akem) : Virginie Despentes à propos de King Kong Theorie 
  • Archive Ina du 1er août 1985 : Betty Friedan à l'occasion de la conférence sur la promotion des droits de la femme dans le monde organisée par l'ONU à Nairobi

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.