Il exposait New Delhi l’année dernière, et le voilà de retour à la galerie Templon. Gérard Garouste est ce soir l’invité de l’Heure Bleue, alors qu'il publie “Vraiment peindre” (Seuil), un entretien qui retrace la trajectoire singulière de celui que la peinture a sauvé.

Portrait de Gérard Garouste, peintre, graveur, sculpteur et auteur de “Vraiment peindre” (Seuil).
Portrait de Gérard Garouste, peintre, graveur, sculpteur et auteur de “Vraiment peindre” (Seuil). © AFP / Joël Saget

En 2019, Gérard Garouste est entré officiellement sous la coupole avec un bel hommage au peintre Georges Mathieu, dont il va occuper le siège à l’Académie des Beaux-Arts. Une consécration pour un artiste qui raconte qu’enfant, dyslexique et mauvais élève, il a eu le réflexe de dessiner comme quelqu’un agiterait ses bras alors qu’il se noie. 

Sa peinture, figurative et hantée par les mythes, à la fois sauvage et classique, évolue au rythme de ses recherches insatiables et de ses découvertes. 

Des rêves improbables, j’en ai plusieurs. Dans mes rêves absolus, il y a une rencontre privilégiée avec Franz Kafka". 

En mars, Gérard Garouste dévoile à la galerie Templon le fruit de sa passion pour la Bible, le Talmud, la Kabbale et l’œuvre de Franz Kafka : l’exposition “Correspondances”, construite sur un dialogue avec le philosophe Marc-Alain Ouaknin. 

Dans “Vraiment peindre” (Seuil), il se confie à l’historienne de l’art Catherine Grenier sur les mythes qui le fascinent et sur les ombres qui ont traversé sa vie d’homme et de peintre. 

L'art et la vie de Gérard Garouste sont peuplés de fantômes et de hantises. L'artiste livre ici, sans aucun fard, tous les tourments intimes qui ont façonné son parcours : la violence et l'antisémitisme de son père, la dyslexie, l'échec, la folie, la dépression, l'incompréhension.

Musiques :

  • Arnold Schönberg, "La Nuit transfigurée"
  • Christophe, "Les Paradis perdus"
  • Raphaël & Pomme, "Le train du soir"

Archives : 

  • Archive Ina du 24 décembre 1975 : Marthe Robert à propos de la littérature de Kafka entre comique et désespoir
  • Extrait de l’Heure Bleue du 3 février 2020 : Marc Alain Ouaknin à propos de la lecture et de l’interprétation des textes religieux

Générique : "Veridis Quo" des Daft Punk

Les invités
L'équipe
Contact