Avec l'arme des mots et de la précision, elle milite contre les ravages du système néolibéral et pour un monde moins injuste.

Susan George, présidente d’honneur d’Attac-France, et présidente du conseil du Transnational Institute (Amsterdam).
Susan George, présidente d’honneur d’Attac-France, et présidente du conseil du Transnational Institute (Amsterdam). © AFP / BERTRAND GUAY

Dans "Les Usurpateurs", la présidente d’honneur d’Attac-France et membre du collectif Stop-TTIP se penche sur cette « forme sournoise de pouvoir illégitime tellement difficile à identifier qu’elle n’a même pas encore de nom ». La militante, optimiste, continue à se battre, à chercher, à trouver et à espérer, en citant Gandhi, de son bel accent accent de l'Ohio : "D’abord ils vous ignorent, ensuite ils vous raillent, puis ils vous combattent et, enfin, vous gagnez. "

"Les grandes entreprises opèrent aujourd’hui au niveau national, européen, supranational, et jusque dans le cadre des Nations unies. Depuis plusieurs années déjà, elles envoient des délégations aux conférences officielles de l’ONU ; plus récemment, elles ont eu la bonne idée de fonder leurs propres organisations officiellement hébergées au sein des Nations unies et de ses agences spécialisées. Les gouvernements sont de plus en plus au service des ETN, plutôt que du peuple. De manière générale, et jusqu’à preuve du contraire, je ne crois pas aux conspirations. Je crois en revanche aux intérêts. Mes lecteurs ne manqueront pas d’apprécier la différence entre une théorie paranoïaque du complot et une description factuelle du pouvoir que s’arrogent les entreprises. Nous en trouvons des exemples tout autour de nous, même s’ils sont parfois difficiles à discerner. C’est ce que j’espère mettre au jour ici." extrait de : "Les usurpateurs. Comment les entreprises transnationales prennent le pouvoir" de Susan George. Traduit par : Myriam Dennehy. Aux Éditions du Seuil.

► Lire à ce sujet : Un jour dans le Monde "Les usurpateurs"

Insert téléphonique avec Sylvie Laurent :

Insert téléphonique avec Sylvie Laurent : Sylvie Laurent est américaniste, chercheur à Harvard, elle enseigne à Sciences-Po. Son premier livre "Homérique Amérique" est paru au Seuil en 2008, "Poor white trash, la pauvreté odieuse du Blanc américain" est paru en décembre 2011 aux Presses de la Sorbonne et "La couleur du marché : racisme et néolibéralisme aux États-Unis" est sorti le 3 octobre 2016 aux Éditions du Seuil. Elle présente régulièrement des chroniques sur la société américaine dans "28 minutes" sur Arte.

Choix musical : Dies Irae du Requiem de Mozart

Extrait du discours de Michelle Obama contre Donald Trump, le 13 octobre 2016, en déplacement dans le New Hampshire

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

Programmation musicale
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.