On pense la connaître alors que, quand on y réfléchit : pas vraiment. Portrait de Charlotte Gainsbourg dans l'Heure Bleue.

L'actrice et chanteuse Charlotte Gainsbourg, à Cannes, pendant le festival, le 19 mai 2019.
L'actrice et chanteuse Charlotte Gainsbourg, à Cannes, pendant le festival, le 19 mai 2019. © AFP / CHRISTOPHE SIMON

Charlotte Gainsbourg a réussi sans tapage et en quelques films, parfois sulfureux, à imposer son talent si particulier et à trouver sa place en haut de l’affiche, là où d’autres sont restées pour toujours des "filles de". Timide et discrète, c’est l’image que cette artiste aux multiples talents nous offre depuis le début de sa carrière au cinéma et dans la chanson. 

En tant qu'actrice, elle a mis longtemps à se sentir légitime, cela n'a pourtant pas empêché les plus grands réalisateurs de faire appel à elle comme Lars Von Trier, mais aussi Claude Miller, Patrice Chéreau, Patrice Leconte ou Michel Gondry.

Le chemin a été encore plus ardu pour la musique, vers laquelle elle se tourne en 2006 avec "5 : 55", un premier album qui raconte l’histoire d’une jeune femme insomniaque qui promène ses bleus à l’âme d’aéroports en chambres d’hôtel, mais elle a toujours su et voulu, bien s'entourer avec, par exemple, le duo Air, Beck, Charlie Fink (de Noah and the Whale) ou Connan Mockasin. 

L'année dernière, elle recevait la Victoire de la musique de l’artiste féminine de l’année pour son dernier album, Rest, sorti en novembre. Elle y évoque son père, cet homme à la tête de chou qui le premier a fait du français une langue aussi musicale que l’anglais, mais aussi sa (demi-)sœur aînée, Kate, tragiquement décédée en décembre 2013. Une chanson, Kate, lui est directement dédiée.

Pour autant, la comédienne ne s'arrête pas de tourner puisque l'on peut la retrouver dans Mon chien stupide, d'Yvan Attal. Et si le couple s'y donne la réplique, il se trouve que le casting compte également leur fils, Ben.

Une rencontre à ne pas rater ! 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.