Conserver les traces des disparus pour lutter contre l'oubli, c'est ce à quoi s'est attaché dans son œuvre l'écrivain et réalisateur Robert Bober. Il revient sur son rapport à la mémoire et à la littérature à l'occasion de la parution de "Par instants, la vie n'est pas sûre" (P.O.L).

Robert Bober, réalisateur, metteur en scène et écrivain, auteur de Par instants, la vie n'est pas sûre (P.O.L).
Robert Bober, réalisateur, metteur en scène et écrivain, auteur de Par instants, la vie n'est pas sûre (P.O.L). © Capture d'écran/YouTube/ Jean-Paul Hirsch/Editions P.O.L.

Les souvenirs s'envolent... Alors, pour les rattraper, Robert Bober écrit et filme, enregistre tout sur le papier comme sur l'écran. Dans son dernier livre "Par instants, la vie n'est pas sûre" (P.O.L.), c'est sa profonde admiration et tendresse pour son collaborateur artistique mais surtout grand ami Pierre Dumayet, décédé en 2011, qu'il immortalise sous la forme d'une lettre à l'absent. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce dialogue avec un fantôme, c'est aussi le moyen pour Robert Bober de faire le récit de son propre parcours : celui d'un enfant juif qui a échappé aux rafles, d'un jeune autodidacte, arrivé au cinéma et à la littérature après avoir fait ses premières armes dans les ateliers de mode comme tailleur, et les colonies de vacances en tant qu'éducateur. 

C'est d'ailleurs grâce à son expérience de pédagogue qu'il parviendra à se faire engager par François Truffaut sur le tournage des 400 coups pour superviser les enfants. 

C'est surtout un éloge viscéral à la littérature et à l'acte de lecture, qu'il a découvert tardivement, à l'âge de 19 ans, qu'il livre. Avec Pierre Dumayet, il réalisa toute une série de documentaires autour du plaisir de lire, de l'étude talmudique des rabbins aux interprétations profanes de lecteurs ordinaires sur leur livre préféré. 

Ce soir, dans L'heure bleue, il revient sur ces morts qui ont émaillé sa vie, mais pour démontrer avant tout le pouvoir des mots sur la vie.  

Choix musicaux :

  • _La vie s’en va _de Joël Holmès

Musiques :

  • Gérard Depardieu – Mémoire, mémoire
  • Jane Birkin – les jeux interdits

Extrait :

  • Récits d’Ellis Island  avec Georges Perec 1979
  • Archive Ina du 1er janvier 1985 : Paul Ricoeur  à propos du phénomène du souvenir et du devoir de mémoire
  • Archive Ina du 14 décembre 2000 ( au micro d’Alain Veinstein) : Pierre Dumayet à propos de l’importance de la relecture
  • Archive Ina de 2014 : Paul Otchakovsky Laurens s’exprime sur la vérité formelle d’un texte
Les invités
L'équipe
Contact