Celui qui n’a pas honte de se présenter comme un "vieillard" répond avec son livre "C'était mieux avant ! "aux ronchons et ronchonnes ... Parce que, lui, il y était, "avant" !

Michel Serres pendant la 39ème édition du Livre sur la Place, le 10 septembre 2017.
Michel Serres pendant la 39ème édition du Livre sur la Place, le 10 septembre 2017. © Maxppp / Alexandre MARCHI/PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

On peut siéger à l’Académie, être reconnu comme l’un des grands philosophes de son temps, faire l’unanimité sur son travail d’historien des sciences, et pourtant signer un petit livre d’humeur et d’humour. Un essai écrit avec beaucoup de sourire, d'accent gascon, qui tient dans la poche, et tout léger. Car pour Michel Serres, à contre-courant du déclinisme ambiant, le monde d’aujourd’hui n’a vraiment rien à envier à celui d’avant. Assumant son rôle de vieux sage avec un rien d’autodérision, Michel Serres délivrera son message d’optimisme ce soir dans l'Heure Bleue.

"(...)Je comprends qu’il dise, avec quelque nostalgie, qu’avant, nous vivions ensemble et qu’aujourd’hui je me réfugie dans l’isolement individuel du portable. Mais à se référer aux idéologies qui cimentaient jadis les appartenances qu’il loue et les crimes auxquels certaines d’entre elles aboutirent, qui ne préféra les abandonner ? Qui, d’ailleurs, sait faire équipe, puisque les joueurs de football français firent grève en un récent championnat du monde ; qui sait faire couple, puisque le divorce croît ; qui sait faire paroisse, puisqu’elles tombent en désuétude ; qui sait faire parti politique, puisqu’à l’intérieur de chacun flambent les querelles personnelles jusqu’à rendre improbables les idéaux que ces mouvements prétendent incarner ? Meurent les anciennes appartenances, même la Nation, à qui nous avons sacrifié, le plus souvent pour rien, des millions de nos parents. Et nous cherchons à en inventer de nouvelles, locales, par exemple, où s’échangent de nouvelles monnaies ; globales, aussi, avec les réseaux sociaux qui groupent des millions de personnes.(...)". Extrait de "C'était mieux avant !" de Michel Serres aux Editions Le Pommier

Pastille sonore : Laurent Fabius

Choix musical : Georg Friedrich Haendel. : "Lascia ch’io pianga" extrait de l'opéra : Rinaldo

Le Haka du quart de final de 2007 du match France / All Blacks

Archives :

  • Archive Ina du 5 décembre 1949 : Gaston Bachelard à propos du caractère organisateur de l’esprit scientifique
  • Archive Ina du 1er janvier 1973 : Michel Foucault à propos de son livre Les mots et les choses et sur l’apparition de l’Homme

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.