Arthur H signe"Fugues", un autoportrait et ce soir, l'Heure Bleue nous donne l'occasion de découvrir d'autres facettes de l'artiste.

Le musicien, chanteur, peintre, illustrateur et écrivain, Arthur H en concert à la Laiterie à Strasbourg.
Le musicien, chanteur, peintre, illustrateur et écrivain, Arthur H en concert à la Laiterie à Strasbourg. © Maxppp / Hervé KIELWASSER/PHOTOPQR/L'ALSACE

Arthur H aime surprendre, en passant sans complexe des ambiances suaves (Adieu tristesse, 2005) aux rythmes dansants et effrontément disco (L’homme du monde, 2008), tout en gardant le goût du risque et en laissant la part de sensualité, voire d’érotisme, que le chanteur distille dans tous ses albums.

Cet autoportrait se compose en trois "Fugues", celle de de sa mère, Nicole Courtois, à l’âge de dix-huit ans. La sienne, en 1982, lorsqu’il avait quinze ans, pendant des vacances en Guadeloupe avec son père Jacques Higelin, dans la maison de Coluche, après avoir consommé une omelette aux champignons hallucinogènes. Et la dernière, sa passion, notamment une fugue de Bach, laissée inachevée : l’Art de la fugue. Toutes communiquent entre elles et racontent un désir irrépressible d’indépendance et de liberté.

J'avais quinze ans, et un mois plus tôt j'avais fugué. Ça avait été beaucoup plus simple que je ne le croyais. On était à l'aéroport de Pointe-à-Pitre, pour rentrer à Paris, et j'avais fermement pris ma décision. Deux jours avant, il s'était passé une chose prodigieuse et après cette chose je ne pouvais plus revenir en arrière. 

Programmation musicale
  • GENE L'HEURE BLEUE INSTRU
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.