Elle réinvestit par le cinéma la notion de “commun”. En ce mois de mai, la réalisatrice Dominique Cabrera est mise à l’honneur… Plus d’une dizaine de ses documentaires sont à redécouvrir sur le site de la Bpi, tandis que paraît l'ouvrage collectif “Dominique Cabrera. L'intime et le politique” (De L’Incidence).

Portrait de la réalisatrice et actrice Dominique Cabrera.
Portrait de la réalisatrice et actrice Dominique Cabrera. © Getty / Eric CATARINA/Gamma-Rapho

L’enfance de Dominique Cabrera est marquée par un événement politique : la guerre d’Algérie contraint ses parents à regagner la France en 1962. Une fois réalisatrice, elle ne cessera de lier la micro-histoire à la mise en récit de faits historiques et sociaux. L’Algérie, bien sûr, dans “Rester là-bas” (1992), mais aussi plus récemment le mouvement des gilets jaunes, ou la cause des droits des femmes. 

Dans ses œuvres, Dominique Cabrera convoque aussi bien ses proches que des acteurs non professionnels ou des anonymes. De ses premiers documentaires sur la banlieue dans les années 1990 jusqu’à ses récentes fictions comme “Corniche Kennedy” (2016), le cinéma de Dominique Cabrera, profondément vivant, est toujours empreint d’une dialectique sensible qui relie le Je au Nous, l'individuel au collectif, la subjectivité à l’altérité. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dominique Cabrera inspire par la reconnaissance d’une humanité commune : son engagement a récemment donné lieu à la parution de “Dominique Cabrera. L'intime et le politique” (De L’Incidence), recueil collectif dirigé par Julie Savelli qui réunit des essais critiques et des entretiens avec la cinéaste. 

Du 5 au 15 mai, il est également possible de visionner gratuitement sur le site de la Bpi (Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou), une dizaine de ses documentaires, pour découvrir ce trajet de soi à l’autre qui tisse la toile de toute sa filmographie.

Musiques : 

  • Philippe Katerine, Le film
  • Séquence d'ouverture du film de Dominique Cabrera Une chambre en ville
  • Marquis de Sade et Etienne Daho, Je n'écrirai plus si souvent

Archives : 

  • Archive Ina du 26 mars 1962 : Radio France : la voix de l'Algérie Française
  • Archive Ina du 15 novembre 1961 : Jean Renoir à propos du réalisme au cinéma
  • Archive Ina du 18 décembre 1961 : Ingmar Bergman à propos de la mélancolie dans ses films, suivi d'un extrait de Cris et chuchotements

Extraits de films de Dominique Cabrera : 

  • Grandir (2013)
  • Notes sur l'appel de Commercy (2019)
  • Je marche avec nous toutes (2020)

Générique Veridis Quo des Daft Punk

Les invités
L'équipe
Contact