Lydie Salvayre a lu "L''Invention des corps" de Pierre Ducrozet, et cette lecture a produit en elle un effet semblable à celui que provoqua, dans sa jeunesse, celle de 1984.

Mains d'homme sur une clôture de barbelés
Mains d'homme sur une clôture de barbelés © Getty / 3photo

Vous l'avez bien sûr, deviné, 1984 de George Orwell. Dans un article publié le 13 septembre des Inrocks, elle écrit aussi pour ce même ouvrage : "une plongée vertigineuse dans l'avenir que nous préparent les dingues de la Silicon Valley dans leur refus de la mort, regardée comme idéologique. Une langue âpre aux éclats sombres. Un souffle. Une vision. Une âme généreuse. Mille bravos". Lydie Salvayre sera l'invitée de l'Heure Bleue pour son livre "Tout homme est une nuit", sorti aux Editions du Seuil, un beau titre qui raconte ce que l'auteure a toujours dénoncé : le rejet de l'autre, de "l'étranger". Elle tente de comprendre le ressenti de celui qui est vu ou se perçoit comme tel et ceux qui le désignent ainsi. Un roman qui parle d'amour, de la mort, de liberté comme celui de Pierre Ducrozet, invité aussi, avec "L'invention des corps" aux Editions Actes Sud où un hacker d'Iguala, fuyant les exactions de la police mexicaine, trouve refuge chez un magnat du web, obsédé par l'immortalité. Une histoire sur le monde contemporain porté par l'utopie d'internet et les dérives du transhumanisme. La soirée est prometteuse !

Choix musical : "Kit de survie" de Serge Teyssot Gay

Musique :Jimi Hendrix avec "The star spangled banner" à Woodstock

Archive Ina de 1946 (Extrait de sa conférence à Genève) : Georges Bernanos à propos de l’Histoire du monde

Extrait de son séminaire donné à Vincennes du 2 décembre 1980 : Gilles Deleuze revient sur la phrase de Spinoza "On ne sait pas ce que peut le corps"

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.