Inoubliable dans "Hiroshima mon amour" d’Alain Resnais, "Léon Morin prêtre" de Jean-Pierre Melville, et "Thérèse Desqueyroux" de Georges Franju.

Emmanuelle Riva pendant le Festival de Cannes le le 20 mai 2013
Emmanuelle Riva pendant le Festival de Cannes le le 20 mai 2013 © AFP / VALERY HACHE

Depuis Emmanuelle Riva a mené son petit bonhomme de chemin, discrètement, à sa façon, en toute liberté et n’a pas cessé de jouer au cinéma comme par exemple dans "Amour" de Michael Haneke, qui fut récompensé notamment par un César de la meilleure actrice, en 2013 et au théâtre, en 2014, dans "Savannah Bay", de Marguerite Duras, au Théâtre de l’Atelier, à Paris, dans une mise en scène de Didier Bezace.

Elle est aussi l'héroïne d'un documentaire "Emmanuelle Riva, c’est ton nom" signé Michelle Porte, connue notamment pour ses livres et ses documentaires sur et avec Marguerite Duras, qui un beau jour, est venue toquer à sa porte pour la rencontrer à Remiremont, dans les Vosges, où elle vit actuellement dans la maison familiale. Dans cette conversation filmée, elle raconte son enfance, modeste et heureuse, parle avec passion de sa famille, de son premier contact avec le théâtre : "la féerie de la scène m'absorbait ". On y découvre qu'elle eut un premier métier, couturière, avant de craquer. "Autre chose l'appelait" ...

Musiques : Elvis Presley avec "Don’t be cruel"

Extraits de films :

  • "Hiroshima mon amour" d’Alain Resnais
  • "Amour" de Michael Haneke

Archive Ina du 2 avril 1984 : Marguerite Duras à propos de Savannah Bay

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.