L’absence c’est aussi le décès de Man Ninotte, la mère de Patrick Chamoiseau. Une disparition qui emporte l’écrivain dans une longue réflexion sur son histoire.

Patrick Chamoiseau, le 13/03/12.
Patrick Chamoiseau, le 13/03/12. © Sipa / BALTEL

Son histoire mais aussi, sur l'époque de la traite négrière en Atlantique et de l'esclavage colonial à partir d'évocations de la vieillesse, de la mort, des obsèques de Man Ninotte, qui permettent des explorations de la petite enfance de Patrick Chamoiseau, aux origines, celles de la Caraïbe, celles des Amériques, celles de l'humanité. Le défi qu'il se lance : mener de front un récit très intimiste, sur sa famille, dominée non seulement par la mère, mais aussi par la sœur aînée surnommée "la Baronne", et ? Et la suite, Patrick Chamoiseau en parlera dans l'Heure Bleue avec tendresse, humour et légèreté.

"Quand nous nous retrouvâmes autour des restes de Man Ninotte -ses deux filles, trois garçons- et qu'il nous fallut confronter l'immobilité plénière, l'impassibilité absente et minérale, le silence sans commencement ni fin, comme lors de cette même ronde autour du cercueil que l'on devait sceller, nous dûmes être persuadés qu'une bonne partie du monde s'était comme amoindri, que les horizons s'étaient soudain déformés, laissant des irruptions de vides et des dévastations de nature invisible. Une bonne part de nous avait basculé hors de l'espace et hors du temps." Extrait de "La matière de l'absence" de Patrick Chamoiseau aux Éditions du Seuil.

►►►Patrick Chamoiseau, Île en île

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.