Los Angeles est-elle vraiment une ville ?

Los Angeles, coucher du soleil, près de l'Echo Park Lake
Los Angeles, coucher du soleil, près de l'Echo Park Lake © Getty / Patrick T. Fallon / Bloomberg

Peut-on tomber amoureux d’une ville ? Avoir un rapport à l’espace urbain qui soit comparable à un coup de cœur ou une séduction ?

D'après Laure Murat, la réponse est : oui, puisque dès son arrivée à Los Angeles en 2006, Laure Murat en est tombée « amoureuse ». C’est le mot qu’elle retient. Amoureuse de son hétérogénéité, de ses disproportions, de son absence de monuments et de véritable centre, ce qui crée une impression de liberté. « L.A. est une ville anti-phallique ; elle accueille et n’impose rien. »

Ceci n'est pas une ville de Laure Murat (couverture)
Ceci n'est pas une ville de Laure Murat (couverture) © Editions Flammarion

Archive INA du 8 octobre 2014 : Annie Ernaux à propos de son attitude d’écriture.

Archive INA non datée : Georges Perec lit « Récits d’Ellis Island ».

Archive INA du 25 mai 2005 : Judith Butler à propos de la question du genre.

Pastille sonore :

Marianne Alphan, écrivaine et critique littéraire

Musique :

Générique de la série télévisée : Alerte à Malibu

N.W.A : Compton’s in the house (1988)

Choix musical de l’invitée :

Bande Originale du film Mulholland Drive de David Lynch : Jittburg

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.