C’est une grande dame de la langue française, une voix majeure de la littérature caribéenne et africaine. Maryse Condé vient, pour cela, d’être couronnée du prix Nobel de littérature alternatif, hier, à Stokholm.

L'écrivaine Maryse Condé au Victoria and Albert Museum de Londres le 19 mai 2015.
L'écrivaine Maryse Condé au Victoria and Albert Museum de Londres le 19 mai 2015. © AFP / ADRIAN DENNIS

Grande voyageuse, par la plume, par l’esprit, par ses engagements et ses prises de positions, Maryse Condé a longtemps enseigné la littérature à New-york, mais aussi à Paris, à Los Angeles…

Il faut lire et relire une œuvre littéraire riche de plus d’une trentaine de publications : romans, récits autobiographiques, essais, pièces de théâtre, pour se rendre compte de l’influence de l’écrivaine sur son temps. Elle y explore des questions de sexes, de cultures, de racisme, comme le succès populaire Ségou (1984), saga situé au Mali à la fin du XVIIIème siècle.

Depuis quelques années, Maryse Condé est affaiblie par la maladie mais a publié l’année dernière un ultime roman : Le Fabuleux et triste destin d’Ivan et Ivana, presque un conte, dans lequel elle interroge le destin et l’identité des exilés africains.

Choix musical : 

  • Le Sud de Nino Ferrer 

Musique : 

  • Haïti Chéri de Harry Belafonte 

Extrait de film :

  • Les hauts de Hurlevent de William Wyler 

Archives : 

  • Archive Ina du 28 octobre 1990 : Aimé Césaire à propos de la langue créole et une lecture de "Cahier d'un retour au pays natal" lu par Jean Negroni.
  • Archive Ina du 3 décembre 2010 : Edouard Glissant à propos de son lieu d’écriture ; l’île sous le régime de Vichy pendant la guerre

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

Les invités
Programmation musicale
  • GENE L'HEURE BLEUE INSTRU
  • GENE L'HEURE BLEUE INSTRU
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.