Avec Caroline Guiela Nguyen, le metteur en scène avait présenté "Marius", une pièce inspirée de Marcel Pagnol jouée par des détenus de la maison centrale d'Arles,l'une des prisons les plus sécurisées de France et réservée aux très longues peines.

Portrait de Joël Pommerat metteur en scène, acteur et réalisateur le 5 décembre 2012 à Paris
Portrait de Joël Pommerat metteur en scène, acteur et réalisateur le 5 décembre 2012 à Paris © Getty / Eric Fougere/Images VIP/Corbis

Les 28 et 29 décembre, puis le 2 janvier, six détenus et deux comédiens professionnels, un homme et une femme, venus en renfort, ont présenté "Marius" d’après Marcel Pagnol, réécrit et mis en scène par Joël Pommerat, avec la collaboration de Caroline Guiela Nguyen et Jean Ruimi, incarcéré, qui avait composé le scénario. Cinq représentations devant trente-cinq personnes, dont les codétenus, la famille des acteurs, mais aussi des journalistes, des directeurs de scènes nationales ayant participé au financement. 

Un "Marius" ancré dans le monde contemporain, où "Panisse", accro à son téléphone, est le propriétaire de plusieurs magasins de scooters sur le Vieux Port, où "Fanny" est coiffeuse. Le "Bar de la Marine" est, quant à lui, transformé en une boulangerie-salon de thé. Là encore, le décor est des plus réalistes et n'a rien à envier aux pièces professionnelles. Le tout interprété par des acteurs qui ignoraient tout du monde du théâtre avant d'entrer en prison, qui ne connaissait pas du tout le metteur en scène, dont le prestige est reconnu à l’international. 

Pendant trois ans, l’auteur et metteur en scène y a consacré une bonne partie de son temps. Pourquoi, tant d’investissement, tant d’heures passées, alors que Joël Pommerat pourrait enseigner n’importe où ailleurs ? Réponse et d'autres, ce soir dans l'Heure Bleue. 

Choix musical : Eddy de Pretto : "Kid"

Musiques : 

  • Charles Aznavour :  "Hier encore" 
  • Otzeki :  "Sun is Rising" 

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.