Le MLF célébrait le 26 août son anniversaire: il y a 50 ans, 9 militantes déposaient une gerbe à la "femme du soldat inconnu" pour souligner l'invisibilisation des femmes dans l'Histoire. Pour parler de son héritage, L'heure bleue reçoit les historiennes Bibia Pavard et Mathilde Larrère et la dramaturge Pauline Bureau.

Rassemblement pour marquer le 50e anniversaire de la première manifestation du mouvement féministe français Mouvement de Libération des Femmes (MLF ) sur la Place de l'Etoile, à Paris, le 26 août 2020.
Rassemblement pour marquer le 50e anniversaire de la première manifestation du mouvement féministe français Mouvement de Libération des Femmes (MLF ) sur la Place de l'Etoile, à Paris, le 26 août 2020. © AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Les trois historiennes Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel publient ainsi « Ne nous libérez pas, on s’en charge » (La Découverte), un ouvrage qui entend proposer une « histoire renouvelée des féminismes en France », en partant de la Révolution française jusqu’à nos jours. 

Les féminismes sont abordés volontairement au pluriel, car le but des trois chercheuses est d’en souligner la très grande diversité. Des féministes antiesclavagistes de 1789, au féminisme colonial d’une Hubertine Auclert, des féministes identitaires aux universalistes, l’histoire des féminismes est  faite de conflits et de convergences, en somme, d’ambivalences. 

Cette volonté de renouveler la lecture des féminismes est également le point nodal de la démarche de l’historienne spécialiste des citoyennetés Mathilde Larrère. 

Dans « Rage against the Machisme» (Détour),  elle entend faire une histoire des marges des féminismes et veut ainsi donner davantage de place aux femmes des classes populaires, racisées et lesbiennes, trop souvent occultées, d'une histoire dont elles ont pourtant été des actrices fondamentales. 

Ces deux ouvrages rappellent ainsi l'importance de se souvenir des luttes du passé pour continuer celles du présent, la permanence des violences faites aux femmes qu'elles soient physiques, psychiques ou politiques. 

C'est également l'objectif que s'est donnée la  dramaturge Pauline Bureau, qui fait des événements de l'Histoire des femmes sa matière théâtrale. Sa pièce Hors la loi, créée en 2019, de retour sur les planches de la Comédie Française du 18 septembre au 25 octobre, aborde ainsi l'histoire de Marie-Claire Chevalier, dont l'avortement clandestin suite à un viol, avait donné lieu au procès de Bobigny de 1972. 

Le dialogue entre passé et présent des luttes féministes fait prendre conscience que le chemin est encore long, que le combat doit continuer et s'intensifier. Comme le disait l'avocate et militante féministe Gisèle Halimi : 

Des colères se sont exprimées, des révoltes ont éclaté ça et là, suivies d’avancées pour les droits des femmes. Mais nous sommes encore si loin du compte. Il nous faut une révolution des mœurs, des esprits, des mentalités […] car ce système n'est plus acceptable. Il est même devenu grotesque". 

Oeuvres 

  • « Rage against the Machisme» ( Détour), Mathilde Larrère 
  • « Ne nous libérez pas, on s’en charge » (La Découverte), Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel
  • Spectacle Hors la loi de Pauline Bureau, à la Comédie Française (Théâtre du Vieux-Colombier) du 18 septembre au 25 octobre, puis en tournée dans toute la France. Son autre spectacle Féminines, sera également en tournée nationale cette année. 

Choix musical de Bibia Pavard :

  • Angèle : Balance ton quoi

Choix musical de Mathilde Larrère :

  • Douce maison, d’Anne Sylvestre

Musiques

  • It ain't water, Alison Mosshart 

Archives

  • Archive Ina du 30 mars 2012 : Gisèle Halimi évoque le féminisme précoce, sa grève de la faim à 13 ans pour ne plus servir ses frères. Son choix de devenir avocat parce qu'elle avait le sentiment d'une injustice
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.