Interrogeant le statut de l’image, ses représentations et sa perception, Carole Benzaken a créée une foisonnante collection d’œuvres entre peintures, dessins, vidéos et écrans lumineux, traitant de la transparence et du mouvement. Sa nouvelle exposition dévoile des peintures troublantes, à la lisière de l’abstraction.

L'artiste peintre Carole Benzaken dans son atelier à Paris.
L'artiste peintre Carole Benzaken dans son atelier à Paris. © Getty / Catherine Panchout / Sygma

La galerie Obadia ouvre les portes de ses deux galeries parisiennes à Carole Benzaken avec : Là-bas...Toi, une exposition composée de deux séries distinctes, mais liée par le fil de l’identification des formes et couleurs.

Là bas… est une invitation à parcourir huit imposants tableaux et leurs variations chromatiques. Cet ensemble d’œuvres évoque la vitesse et la frénésie picturale, à l’image du futurisme italien du début du vingtième siècle. L’œil du spectateur est aimanté par la richesse de formes et le flux des images. 

Dans la seconde galerie se joue …Toi. La suite de l’exposition est constituée de cadres incrustés par effets de transparence dans l’œuvre elle-même. Cette série questionne de nouveau notre perception de la forme figurative, cette fois-ci par la mise en abîme.

Carole Benzaken est lauréate du prix Marcel Duchamp 2004. En 2019, son travail fera l’objet d’expositions, au printemps à L’Abbaye de Cluny où elle est invitée par le Centre des Monuments Nationaux, et pendant l’été au Château de Tournon. 

Pastille sonore : Yves Michaud 

Choix musical : Song of freedom deLiz Mc Comb

Extrait de film : 

  • Stromboli de Roberto Rossellini

Archives :

  • Archive Ina du 6 décembre 1960 (au micro de George Charbonnier) : Marcel Duchamp à propos de l’importance du choix en peinture 

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.