Deuxième émission de notre série sur Albert Camus et son texte "L'Étranger". Ce soir pour en parler dans l'Heure Bleue : Alberto Manguel, écrivain et critique littéraire argentin.

Alberto Manguel, écrivain, traducteur et critique littéraire, à la basilique de Massenzio lors du Festival international de la littérature à Rome (Italie), 13 juin 2019.
Alberto Manguel, écrivain, traducteur et critique littéraire, à la basilique de Massenzio lors du Festival international de la littérature à Rome (Italie), 13 juin 2019. © Getty / Mondadori Portfolio

L'Étranger est le premier roman d'Albert Camus publié en 1942. À sa sortie il reçoit un accueil tonitruant et sera traduit par la suite en 78 langues. 

La première phrase du roman résonne en nous tous :  

Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. 

L'histoire est celle de Meursault qui vit en Algérie française et qui perd sa mère. Le lecteur le suit dans son cheminement et ses rencontres avec Marie et Raymond. Les vies de chacun des personnages se mélangent , tellement, qu'au cours d'une bagarre un drame survient. 

Alberto Manguel est un écrivain et critique littéraire argentin, il est surtout un bibliophile insatiable.  L’Étranger est un livre qui a marqué toute sa génération. Il l'a lu comme un texte surréaliste, avec cette idée que quelque chose d’essentiel peut nous arriver sans explication et sans cause évidente.  

La notion d’absurde, souvent attribuée à l'histoire, ne l’a pas touché car il était proche de la littérature fantastique qui raconte des événements inexplicables. 

Avec L'Étranger, chaque lecteur créé son propre texte et chaque génération l'intègre dans le contexte qui lui correspond et qui n’est pas forcément celui que l’auteur aurait voulu.  Pour les sud-américains comme Alberto Manguel, c’était une sorte de projection vers le futur de la violence épouvantable des dictatures dans lesquelles les assassinats et les meurtres n’avaient pas besoin d’être justifiés. 

L’œuvre d'Albert Camus  ne cesse donc de se déployer en nous, dans le présent et partout dans le monde. 

Lecture de L'Étranger par Albert Camus lui-même, archive INA de 1954.

Musique originale composée par Ihab Radwan

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.