"Qui a tué mon père ?" Cette question posée par Edouard Louis dans son récit de 2018, est une réclamation de justice pour tous les oubliés et les exploités du système social français. Edouard Louis remet son texte en scène avec Thomas Ostermeier, (Théâtre de la ville), et endosse, cette fois, lui-même son propre rôle.

L'écrivain Édouard Louis le 16 mai 2018 à Paris.
L'écrivain Édouard Louis le 16 mai 2018 à Paris. © Getty / Sabine Mirlesse / pour le Washington Post

Edouard Louis s'était fait connaître à seulement 22 ans pour son récit autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (Seuil, 2014), dans lequel il réglait ses comptes avec sa famille et son milieu social à cause de la violence qu'il avait subie du fait de son homosexualité. 

Dans "Qui a tué mon père" (Seuil, 2018), il relate cependant des retrouvailles avec son père, qui "disait qu'il fallait tuer les pédés". Cette réconciliation, qui semblait improbable, se fait sur fond de maladies, celles liées à un travail éreintant et peu protégé. 

Edouard Louis crie pour dénoncer la violence des institutions sociales, la souffrance de ces gens qui ont honte de souffrir alors qu'ils sont victimes d'un système d'exploitation savamment déguisé. Il relate l'histoire de ces individus des classes populaires aux vies empêchées, aux potentiels étouffés par le plafond de verre de leur milieu social d'origine. 

Renouvelant la collaboration théâtrale qu'ils avaient déjà entamée avec Histoire de la violence (2019, Théâtre de la ville), Thomas Ostermeier et Edouard Louis présentent ce texte qui cherche à donner une parole aux invisibles, à mettre en scène l'humiliation permanente de la pauvreté. Edouard Louis monte sur les planches pour la première fois pour jouer son propre rôle, sous la direction de Thomas Ostermeier, qui en interprète les sous-textes dans L'heure bleue. 

"Qui a tué mon père ?" est joué du 9 au 26 septembre au Théâtre de la Ville (salle des Abbesses). 

Choix musical : 

  • Yelle, J'veux un chien 

Musiques:

  • Britney Spears Hit me, Baby, one more time
  • Magnolia Electric&Co Almost Good Enough

Archives : 

  • Archive Ina du 27 mars 2012 : Didier Eribon à propos de son livre _Retour à Reims _et du racisme social
  • Archive Ina du 12 mai 1997 : Pierre Bourdieu à propos de la conservation de la violence dans les milieux familaux au moment de la parution de  La misère du monde
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.