Son don pour l’improvisation lui fut révélé lors d’une audition d’élèves. ll avait 10 ans et jouait une rapsodie de Liszt. Martial Solal est l'invité de l'Heure Bleue.

Le pianiste et compositeur de jazz Martial Solal, le 28 novembre 2018 dans sa maison de Chatou.
Le pianiste et compositeur de jazz Martial Solal, le 28 novembre 2018 dans sa maison de Chatou. © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

Fasciné par la liberté que lui procure le jazz, Martial Solal se passionne aussitôt pour cette musique aux multiples facettes, et décide, dès l’âge de 14 ans, d’y consacrer sa vie. Sa carrière est phénoménale. Pianiste de jazz mais aussi compositeur, arrangeur et chef d'orchestre, il est l'un des plus grand musiciens français encore vivants.

Martial Solal donnera un récital exceptionnel Salle Gaveau, le 23 janvier, intitulé Piano Solo. 

Une salle que le musicien connaît d'ailleurs très bien. On peut dire qu'il est familier des lieux puisque ses précédents concerts, pourtant donnés il y a plus de cinquante ans, sont restés mythiques. Le pianiste y a en effet donné les 3 mai 1962 et 11 décembre 1963, deux concerts devenus légendaires. Il jouait alors en trio avec Daniel Humair et Guy Pedersen sous le titre Jazz à Gaveau. Ces concerts ont été enregistrés et publiés en disques, puis réédités de très nombreuses fois : de véritables incontournables. 

Musique  : 

  • A bout de souffle : New York Herald Tribune de Martial Solal

Extrait de films :

  • A bout de souffle de Jean Luc Godard 

Archives :

  • Archive non identifiée : Jacques Derrida évoque sa rencontre avec Ornette Colman et sur l’improvisation en jazz
  •  Extrait de l’abécédaire avec Claire Parnet de 1996 : Gilles Deleuze à propos du concept de ritournelle.

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.