Dernière émission de cette semaine spéciale autour de "L'Étranger". Ce soir avec notre invité Marc Crépon il sera question de l'aspect philosophique de l'oeuvre d'Albert Camus.

Portrait du philosophe Marc Crépon à Paris.
Portrait du philosophe Marc Crépon à Paris. © Getty / Eric Fougere/VIP Images/Corbis

Marc Crépon est philosophe, directeur de recherche au CNRS et directeur du département de philosophie de l'École normale supérieure( ENS). Il a publié deux livres dans lesquels il évoque l’œuvre de Camus à travers l'éthique dans "Le consentement meurtrier"  et par le biais de la peine de mort dans  "Inhumaines conditions".

Il a lu L'Étranger pour la première fois à 15 ans. Pour lui, la littérature est une formidable matière pour philosopher et ce texte de Camus, même s'il ne déploie pas de thèses ouvertement philosophiques,  interpelle la réflexion philosophique et donne beaucoup à penser. 

L'histoire rappelle la possibilité toujours ouverte que la vie nous échappe et que notre propre vie peut tomber hors de nous. 

Albert Camus était ivre de philosophie , de Nietzsche, Kierkegaard mais aussi de Kafka  et à l’arrière plan dans L'Étranger,  la philosophie de l’existence, importante à cette époque- là, est présente. 

Finalement, toute l’œuvre d'Albert Camus est une réponse à l’absurdité de la vie et pousse vers un dépassement afin de trouver un sens à l’existence. Pour cela, Albert Camus utilise des thèmes récurrents dans ses livres qui sont le refus du mensonge , de la servitude et de la terreur. Il est d'une immense actualité. 

Albert Camus est celui qui ne s’est pas trompé. ,

Lecture de L'Étranger par Albert Camus lui-même, archive INA de 1954.

Musique originale composée par Ihab Radwan

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.