Nous les côtoyons tous les jours. Nos regards se détournent quand ils ou elles croisent notre regard. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d'exclusion. Fous de pauvreté. Fous d'alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Patrick Declerck les a suivis.

Portrait du romancier Patrick Declerck, anthropologue et ancien membre de la Société psychanalytique de Paris.
Portrait du romancier Patrick Declerck, anthropologue et ancien membre de la Société psychanalytique de Paris. © Getty / Eric Fougère/VIP Images/Corbis

Patrick Declerck, psychanalyste et ethnologue, les a écouté, fréquenté à Paris pendant plus de quinze ans : dans la rue, dans les gares, dans les centres d'hébergement, au centre d'accueil et de soins hospitaliers de Nanterre, au Samu social à tel point que certains de ses collègues l'ont cru mort, ou à l'hôpital. 

En 1986, dans le cadre de Médecins du monde, il a ouvert la première consultation d'écoute destinée aux SDF en France.

Sans-abri, sans domicile fixe, marginaux, errants, vagabonds, mendiants, Patrick Declerck, lui, a décidé de les appeler clochards, "parce qu’il faut bien leur donner un nom. Celui-là n’est en rien meilleur que les autres, sinon qu’il renvoie à des images partagées, en France, et par tout le monde". 

Au départ, les Naufragés étaient un livre, un témoignage ethnologique, une réflexion sur un processus de désocialisation à partir de confessions de nombreux clochards. 

Désormais, c'est une pièce au Théâtre des Bouffes du Nord, jusqu'au 2 octobre, une scène recouverte de sable. Une plage jonchée de détritus, un bateau échoué, et deux comédiens, Stéphane Balmino en homme fracassé, sans histoires, sans traces et François Cottrelle dans un monologue radical.

Choix musical : Pépée - Léo Ferré  

Archive Ina du 1er mars 2010 : Jean Bertrand Pontalis compare la psychanalyse et la littérature

Générique : Veridis Quo - Daft Punk 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.