Le théâtre, répète souvent Anatoli Vassiliev, ne doit pas représenter la vie, il en doit être l’équivalent.

Anatoli Aleksandrovitch Vassiliev, metteur en scène et professeur de théâtre russe.
Anatoli Aleksandrovitch Vassiliev, metteur en scène et professeur de théâtre russe. © Jean-Louis Fernandez

Dans la Russie de la fin du XIXème siècle, un révolutionnaire s’introduit comme valet chez un homme d’Etat avec l'idée de l’assassiner. Anatoli Vassiliev nous invite, en adaptant "Le Récit d’un homme inconnu", à un voyage au sein de son imaginaire tout autant qu’au sein de celui de Tchekhov. Car comme toujours avec ce grand écrivain, il y a une histoire racontée le plus simplement possible et il y a ce qui se cache derrière les mots. C'est ce sous-texte qui intéresse particulièrement Anatoli Vassiliev pour ce qu’il révèle de la complexité des êtres et des événements qu'ils traversent avec leurs illusions et désillusions, passions amoureuses et analyse des velléités humaines dans un pays en proie aux doutes et à la contestation. Ce grand monsieur du théâtre connaît bien Tchékhov pour avoir beaucoup travaillé sur ses textes dans le cadre d’ateliers avec des comédiens. Mais il n’avait encore jamais monté sur de grandes scènes, aucune de ses œuvres. 

"Le récit d'un homme inconnu" de Techkov, adapté par Anatoli Vassiliev sur la scène du Théâtre National de Strasbourg.
"Le récit d'un homme inconnu" de Techkov, adapté par Anatoli Vassiliev sur la scène du Théâtre National de Strasbourg. / Jean-Louis Fernandez

Et pour faire entendre une des plus belles et des plus surprenantes nouvelles d’Anton Tchekhov, Anatoli Vassiliev a réunit un trio artistique talentueux, Valérie Dréville, Sava Lolov, et Stanislas Nordey.

"Le récit d’un homme inconnu," créé au Théâtre national de Strasbourg, d’après Anton Tchékhov, mise en scène par Anatoli Vassiliev avec Valérie Dréville, Sava Lolov, Stanislas Nordey et Romane Rassendren  jusqu'au 20 avril au Théâtre National de Bretagne, à Rennes. 

Interprète : Natalia Isaeva

Choix musical :  "Le sacre du printemps" de Stravinsky dirigé par Simon Rattle

Musique : "Les deux guitares" par Boris Rubaschkin 

Générique : Veridis Quo des Daft Punk "

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.