François Héran est démographe, sociologue et anthropologue. Ses recherches tordent le cou aux idées reçues sur l’immigration. Un sujet brûlant d’actualité, au cœur de nos sociétés européennes.

François Héran, sociologue, anthropologue et démographe le 4 février 2010 à Paris dans son bureau.
François Héran, sociologue, anthropologue et démographe le 4 février 2010 à Paris dans son bureau. © AFP / PATRICK KOVARIK

Au dix-neuvième siècle, commence l’immigration en Europe, plus exactement en France. Alors que la quasi-totalité des pays européens ont des surcroîts démographiques et envoient leurs populations vers les États-Unis, la France commence de son côté à accueillir des travailleurs venus d’autres pays. Aujourd’hui, un quart de la population vivant en France est immigrée ou enfants d’immigrés, et plusieurs crises politiques touchent de près ou de loin à la question migratoire : crise des réfugiés, islam et laïcité, droit du sol, double nationalité, regroupement familial, « jungle » de Calais…

François Héran a occupé les fonctions de statisticien en chef à l’Institut National de la Statistique et des Études Economiques (INSEE) de 1993 à 1998, avant de devenir directeur de l'Institut National d'Études Démographiques (INED) de 1999 à 2009. En sa qualité de chercheur en sciences sociales, il tente d’expliquer les politiques migratoires et ses conséquences en France. Son dernier ouvrage, Avec l’immigration, paru aux Éditions de la Découverte en 2017, revient sur quinze ans d’immigration en France et reste toujours d’actualité. 

Ces jours-ci, Francois Héran donne plusieurs cours au Collège de France, une série de cours intitulée « Pourquoi migrer ? »

Aujourd’hui, à Paris, place de la République et un peu partout en France, plusieurs milliers de personnes ont choisi de se rassembler contre l’antisémitisme. La sociologue Irène Théry était sur place. Elle nous donne son témoignage sur cet élan citoyen et solidaire.

Pastille sonore : Patrick Boucheron 

Insert téléphonique avec Irène Théry en direct du rassemblement contre l’antisémitisme sur la place de la République à Paris.

Choix musical : Nte Dionola de Volker Goetze (trompette) et Ablaye Cissoko (kora)

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

Les invités
  • François HéranSociologue, anthropologue et démographe, professeur au Collège de France
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.