L'écrivain israélien Aharon est mort dans la nuit de mercredi à jeudi du 4 janvier à l'âge de 85 ans. L'Heure Bleue rend hommage au dernier écrivain israélien témoin de la Shoah avec Valérie Zenatti qui a traduit de l’hébreu vers le français ses livres depuis 2004.

Portrait d'Aharon Appelfeld, écrivain, le 31 mai 2010 à Lyon.
Portrait d'Aharon Appelfeld, écrivain, le 31 mai 2010 à Lyon. © Getty / Ulf Andersen

Pour elle, l’écrivain israélien rescapé de la Shoah, est un héros. « Mon héros », dit-elle. Au fil des années, il est devenu un proche qu’elle retrouve chaque fois qu’elle se rend à Jérusalem. "Cet écrivain m’apparaît comme Kafka, Schnitzler et Zweig réunis. Kafka, Schnitzler et Zweig qui auraient vécu la Catastrophe, et lui auraient survécu. Je suis sous le choc de la découverte. On appelle cela une rencontre", écrit la romancière et scénariste dans "_Mensonges"_, où elle raconte ses souvenirs d’enfance, et sa relation avec Aharon Appelfeld, à la fois rencontre littéraire et rencontre avec elle-même. 

Dans Le Kaddish des orphelins, un documentaire, réalisé par Arnaud Sauli, Valérie Zenatti dialogue avec l’écrivain israélien et l' interroge sur son oeuvre imprégnée du traumatisme de la Shoah, qu’il définit comme une oeuvre profondément juive.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.