Après "Hiroshima mon amour", sur une mise en scène de Bertrand Marcos, l'actrice Fanny Ardant interprète "La Passion Suspendue" de Marguerite Duras, le temps de dix représentations seulement, au théâtre de l'Oeuvre.

L'actrice, réalisatrice et scénariste Fanny Ardant à Cannes pendant le Festival, le 21 mai 2019.
L'actrice, réalisatrice et scénariste Fanny Ardant à Cannes pendant le Festival, le 21 mai 2019. © AFP / VALERY HACHE

Entre 1987 et 1989, après le succès remporté par son roman "L'Amant", prix Goncourt 1984, qui fit d'elle une auteure célèbre mondialement, Marguerite Duras accorde à Leopoldina Pallotta della Torre une série d'entretiens au cours desquels elle se confie très librement sur sa vie et son oeuvre. Ce dialogue initialement publié en italien avait disparu jusqu'à son édition finalement en français en 2013 aux Editions du Seuil. 

C'est en "harcelant" Marguerite Duras, que la journaliste finit par obtenir son interview : en 1987, à 73 ans, Marguerite Duras reçoit la journaliste de La Stampa, rue Saint-Benoît, dans sa chambre poussiéreuse et encombrée, avec le "doux et timide" Yann Andréa veillant dans la pièce d'à côté. De nombreux après-midi de bavardages suivront car les deux femmes se sont apprivoisées au fil du temps. 

Dans la "Passion suspendue", l'écrivain se livre sur son enfance, sa carrière littéraire, ses rencontres, ses engagements politiques, et accepte de répondre à toutes les questions, même les plus embarrassantes. Le metteur en scène Bertrand Marcos avait l'ouvrage et y revenait régulièrement. Mais ce n’est que plus tard qu'il a imaginé porter le texte à la scène, lorsqu'il a rencontré Fanny Ardant, et qu'ils ont entamé un travail de plus en plus approfondi sur cette passion commune qui est la leur : Marguerite Duras.

Extraits de l'entretien

" On croit qu'on est tout seul et que l'on va se suffire. Et puis tout à coup, un soir auprès d'une lampe on lit quelque chose qui nous fulgure. Alors c'est une émotion incroyable. Avant moi ou à côté de moi ça a été dit, ça a été pensé. La littérature, ça vous fait gagner du temps et ça vous enlève de la solitude." 

"C'est quand les gens commencent à parler de leur histoire d'amour qu'ils deviennent intéressants [...] Quand les gens parlent de leur histoire d'amour, ce sont des magiciens."

Références

Choix musical : Bugiardo e Incosciente - Mina 

Extrait de film : Hiroshima mon amour - Alain Resnais 

Archives : 

  • Archive Ina du 15 novembre 1966 : Pier Paolo Pasolini à propos de la définition de soi même 
  • Archive Ina de 1984 : Marguerite Duras explique ce que signifie pour elle l’écriture, c’est tout ce qui compte pour elle

Générique : Veridis Quo - Daft Punk 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.