Les théâtres sont encore plongés dans l'obscurité pour une durée indéfinie, en raison de la crise sanitaire. "Le rideau noir", pour paraphraser le titre du livre de Fabienne Pascaud, ne se lève pas. La directrice de Télérama et la metteuse en scène Gisèle Vienne décrivent ce soir leurs inquiétudes pour l'art dramatique

Rubans de chantier sur lesquels sont inscris les slogans "Culture en danger" et "Non essentiel" sur la vitrine du théâtre des Quinconces du Mans, 17 décembre 2020, France.
Rubans de chantier sur lesquels sont inscris les slogans "Culture en danger" et "Non essentiel" sur la vitrine du théâtre des Quinconces du Mans, 17 décembre 2020, France. © Getty / Michel GILE/Gamma-Rapho

Sur les planches des théâtres ne jouent en ce moment que des fantômes. Les fauteuils sont vides, les loges désertes. Une ambiance mortifère règne dans ces temples de l'art vivant. 

Pour évoquer cette tragédie actuelle pour l'art dramatique, L'heure bleue a convié deux personnalités qui aiment le théâtre et mettent, dans leurs œuvres respectives, la mort en scène.  

Fabienne Pascaud, directrice de Télérama, journaliste et grande critique dramatique, fait en effet se rencontrer les vivants et les morts, dans son premier roman "Rideau noir". S'y télescopent sur fond de sorcellerie et de tables tournantes, l'histoire de Laura Nuit, tragédienne de génie, entrée à la Comédie française au début des années 1940, à la vie brève et la mort sulfureuse, et celle de Stéphanie Dhombres, jeune et talentueuse comédienne faisant ses débuts sur les planches à la fin des années 2000. Fabienne Pascaud aborde ainsi de manière romancée à travers une constellation de personnages d'époques différentes, les grandes évolutions du théâtre, cet espace où règne une sorte de magie, qui peut parfois être noire. 

C'est aussi ces lignes obscures, sombres et ambivalentes dans l'art dramatique qui intriguent la metteuse en scène et marionnettiste franco-autrichienne Gisèle Vienne. Elle s'attache aux fantasmes les plus glaçants, révèle les tréfonds les plus violents de l'âme humaine dans ses spectacles aussi perturbants qu'éblouissants, où des poupées aux paupières lasses côtoient des tueurs en série. 

Dans sa dernière mise en scène, "L'étang" qui sera jouée dans le cadre du Festival d'Automne au Théâtre Nanterre-Amandiers à partir d'avril 2021, elle adapte un texte de Robert Walser autour d'un enfant battu si violemment et quotidiennement par sa mère, qu'il simule une tentative de suicide pour tenter de voir si celle-ci en éprouverait de la peine. 

Ce soir, Fabienne Pascaud et Gisèle Vienne vous invitent à plonger le temps d'une émission dans la pénombre des coulisses, proposent leur définition du théâtre et parlent de son rôle fondamental au fonctionnement de toute société. 

Choix musical de Fabienne Pascaud : I love to love de Tina Charles

Choix musical de Gisèle Vienne : Chelsea Wolfe – Lone

Playlist :

Illyona – Moins jolie 

Archives

  • Archive Ina du 3 mai 1965 ( au micro de Henri Paulan): Robert Hirsch à propos de ses débuts dans le théâtre
  • Archive Ina du 13 janvier 1961 ( journaliste non identifié): Béatrix Dussane , professeur à la Comédie Française
  • Extrait de l’Heure Bleue du 4 décembre 2017 : Paul Otchakovsky Laurens à propos des poupées mannequins dans ses films 

Générique Veridis Quo des Daft Punk

Les invités
L'équipe
Contact