Michel Agier, anthropologue, est un spécialiste de l’espace et du mouvement humain. C’est pour nous parler de mouvement mondial et théâtral qu’il est avec nous aujourd’hui.

L'anthropologue Michel Agier est photographié le 05 décembre 2009, avant une conférence de presse à l'EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales) à Paris.
L'anthropologue Michel Agier est photographié le 05 décembre 2009, avant une conférence de presse à l'EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales) à Paris. © AFP / Lionel Bonaventure

Il est actuellement chercheur à l’Institut de recherche pour le développement et directeur d’études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Il est également membre du conseil scientifique du mémorial du camp de Rivesaltes. Spécialiste de la mondialisation et de ses relations avec l’exil et le mouvement humain, son ouvrage Les couloir des exilés – être étranger dans un monde commun (2010) a même été mis en scène en 2013 par Marcel Bozonnet, preuve que l’exil et la migration sont plus que jamais des sujets d’actualité et de culture.

Ses derniers ouvrages sont Les migrants et nous. Comprendre Babel aux éditions CNRS et l’ouvrage collectif Définir les réfugiés aux éditions PUF. Ce dernier ouvrage souhaite définir des termes descriptifs qui tendent à devenir politiques : « réfugié », « migrant », « demandeur d’asile », « clandestin ». Son œuvre a inspiré le théâtre et notamment Marcel Bozonnet à plusieurs reprises et dernièrement pour le spectacle La neuvième nuit, nous passerons la frontière présenté à la Maison des Metallos du 18 au 23 avril.

Alors que les discours actuels poussent à confondre « réfugié » et « migrant » et que la politique est omniprésente en ces jours de campagne présidentielle, nous devons nous tourner vers l’art, la littérature et le théâtre pour retrouver des sentiments humains et non plus un rejet et des contre-vérités. Voir ce spectacle, c’est constater la question du langage dans l’identité humaine, mais également se rendre compte de la performance : adapter un ouvrage d’anthropologie au théâtre. Il ne s’agit uniquement de dialogues et de didascalies, comme nous avons pu le voir au collège et au lycée, mais une véritable réécriture de l’œuvre.

Pastille sonore : Marcel Bozonnet

Choix musical : Leonard Cohen, "Land of plenty" (dans l'album "Ten new songs" 2001 ou b.o. Du film de Wim Wenders "Land of plenty" 2005)

*Documents sonores :
*

  • Archive Ina du 16 juin 1977, Claude Levi Strauss, qu'est-ce que l'identité pour les ethnologues ?
  • Extrait du documentaire de Sylvain Bourmeau, Les intellectuels du XXIème siècle - Penser l'identité (Arte, 2017), Patrick Chamoiseau à propos de l’identité

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.