Lukas Dhont est avec Laure Adler ce soir, pour son film “Girl” présenté et récompensé à la 71ème édition de Festival de Cannes dans la section “Un certain regard”. Doté d'un prix d'interprétation, d'une Queer Palm et d'une Caméra d'or, le film sort en France le 10 octobre 2018.

Lukas Dhont
Lukas Dhont © AFP / Anne-Christine Poujoulat

Girl, c’est un film intime et une histoire poignante, l’histoire de Lara (qui souhaite qu’on l'appelle ainsi), adolescent transgenre en pleine mutation physique. Née dans un corps de garçon qu’elle rejette, Lara souhaite devenir danseuse étoile. Avec l’aide de son père, elle va tout faire pour arriver au corps qu’elle souhaite et réaliser son rêve. Victor Polster incarne Lara et son père est joué par Arieh Worthalter, acteur belge. Le film a été présenté au public du Festival le 12 mai et a été ovationné. Le film a été récompensé par la Caméra d'or et par la Queer Palm et Victor Polster a reçu le prix d'interprétation de la catégorie Un certain regard. 

La souffrance et le masochisme poussé à l’extrême des danseuses classiques a déjà été traité au cinéma, sous différents aspects, notamment psychologiques, comme avec Black Swan (Darren Aronosfky, 2011) ou Les chaussons rouges (Michael Powell et Emeric Pressburger, 1948). Et qui ne se souvient pas du film qui a marqué plus d’une génération, Billy Elliot (réalisé par Stephen Daldry en 1999) ? Dans le cas du film Girl, la transformation physique voulue par Lara est décrite et finalement retranscrite dans la souffrance qu’elle ressent lorsqu’elle fait de la danse. 

Lukas Dhont est un jeune cinéaste flamand montant

Repéré grâce à son court-métrage L’infini et grâce à des clips musicaux, il explique sur le site du Festival de Cannes avoir découvert cette histoire en 2009, dans le journal intime d’une jeune fille, née garçon qui rêvait d’être danseuse étoile. Il dit être tombé amoureux de cette jeune fille. La préparation de danses des jeunes acteurs a été intense et l’alchimie entre les deux acteurs principaux était primordiale pour que le film marche. Lukas Dhont évoque également ses sources d’inspirations : de jeunes transgenres qu’il a pu rencontrer et qui remettent en question le caractère genré binaire de notre société. 

Archives : 

  • Archive Ina du 15 janvier 1950 (au micro de Francis Régis Bastide) : Robert Bresson évoque le lien entre la peinture et le cinéma 
  • Archive Ina du 22 mars 2008 : Chantal Akermann à propos du cinéma avec pour sujet les femmes 
  • Archive Ina du 4 juillet 2012 : Xavier Dolan à propos de son film Laurence Anyways 
  • Archive Ina du 18 juin 2006 : Pina Bausch à propos de la place qu’elle donne au spectateur
  • Conférence "La troisième" à Rome en 1974 : Jacques Lacan évoque la jouissance de l’autre et le non rapport

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.