Voici une très belle occasion de découvrir l’oeuvre d’un auteur lu dans le monde entier. Présentée lors du dernier festival d’Angoulême, l’exposition consacrée au mangaka Naoki Urasawa s'exporte à Paris jusqu'au 31 mars.

L'artiste manga japonais Naoki Urasawa pose pour une séance photo lors de la 45ème édition du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême le 25 janvier 2018.
L'artiste manga japonais Naoki Urasawa pose pour une séance photo lors de la 45ème édition du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême le 25 janvier 2018. © AFP / JOEL SAGET

Pour ceux, et celles qui ne le connaissent pas, une petite présentation s'impose : Naoki Urasawa a débuté véritablement sa carrière presque par hasard, grâce à un concours lancé par la maison d’Edition Shogakukan, qu’il remporte à l’âge de vingt-deux ans. Dans les années 1970, il découvre Métal Hurlant et voue dès lors, un culte à Jean Giraud, qu’il considère sans égal. Il devient l’un des premiers auteurs japonais à revendiquer l’influence de la bande dessinée franco-belge. Il est déjà venu à Paris, et même si pour lui, ce qui est important est de transmettre les émotions, cette exposition est très importante pour lui. 

Naoki Urasawa dans l'exposition au Festival de la bande dessinée d'Angoulême 2018
Naoki Urasawa dans l'exposition au Festival de la bande dessinée d'Angoulême 2018 © Radio France / AD/France Inter

Le maître incontesté du manga de genre pour adultes grâce à des séries comme Monster, ou Pluto sorti en huit volumes en janvier aux Editions Kana, est exposé pour la première fois dans la capitale jusqu’au 31 mars à Paris Rendez-Vous, le concept store de l’Hôtel de Ville de Paris dans "L'Art de Naoki Urasawa". 

Dans l'exposition Naoki Urasawa au Festival International de la BD d'Angoulême
Dans l'exposition Naoki Urasawa au Festival International de la BD d'Angoulême © Radio France / AD/France Inter

Gratuite, cette rétrospective de son œuvre présente 500 planches originales, choisies parmi 30 000, dont de superbes illustrations en couleur. Les deux premiers chapitres de sa nouvelle série, Mujirushi, une commande du Musée du Louvre, seront également exposés. Et cadeau pour les fans, Naoki Urasawa a signé quelques dessins sur les murs blancs de l'exposition pour remplir le vide qu'il sentait quand il est venu la première fois. 

Dans l'exposition Naoki Urasawa au Festival International de la BD d'Angoulême 2018
Dans l'exposition Naoki Urasawa au Festival International de la BD d'Angoulême 2018 © Radio France / AD/France Inter

Interprète : Shoko Takahashi

Choix musical : Michel Polnareff avec "I love you because" 

Extraits de films :

  • "Monster" de Guillermo del Toro 
  • "21th Century boys" de Yukihiko Tsutsumi
  • "Mon oncle" de Jacques Tati 
  • "Le trou" de Jacques Becker 
  • "Le salaire de la peur" d’Henri- Georges Couzot 

Musique : 

  • Bob Dylan avec "Like a rolling stone" 
  • Superorganism avec "Everybody wants to be famous"

Archives :

  • Archive Ina (non datée) : Henri-Georges Clouzot sur la peinture
  • Archive du 20 mars 1995 : Extrait du JT Antenne 2 sur l’attaque chimique dans le métro de Tokyo par la secte Aum
  • Archive Ina du 7 décembre 2011 : Ryochi Wago dit un poème sur Fukushima  

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.