En cette rentrée littéraire d'hiver, voici venir le retour très attendu de Jean Echenoz, avec "Vie de Gérard Fulmard" (Editions de Minuit) et dans l'Heure Bleue.

L’écrivain Jean Echenoz le 3 janvier 2020 dans Le grand entretien sur France Inter.
L’écrivain Jean Echenoz le 3 janvier 2020 dans Le grand entretien sur France Inter. © Capture d'écran/Youtube/France Inter

Très discret, Jean Echenoz est l’un des auteurs contemporains majeurs, héritier du Nouveau roman par son travail rigoureux sur la langue et les possibles du récit, il s’en démarque par les aspects ironiques et ludiques de ses romans peuplés de personnages fatigués, flottants et dérisoires, placés dans des situations étonnantes ou incongrues.

Toute son œuvre est traversée de passants ordinaires, fantômes. Des antihéros dont l'apparente vacuité permet de mieux souligner par une espèce d'hyperréalisme très stylisé celle du quotidien. Heureusement, il y a les femmes. Heureusement, il y a la vie. Heureusement, il y a les accidents.

Avec la "Vie de Gérard Fulmard", c'est un Jean Echenoz plein d'humour et d'ironie qui nous raconte l'histoire de cet homme d'une banalité et d'une médiocrité déconcertante qui va se retrouver mêlé à de sombres histoires de pouvoir à son corps défendant et bien malgré lui, cela dit, tout n'est peut-être pas si simple en fin de compte.

Gérard Fulmard, donc, et si j’ai quelques raisons de me plaindre, du moins ne suis-je pas mécontent de ce patronyme assez peu courant, qui ne sonne pas mal, qui est presque le nom d’un bel oiseau marin auquel j’aimerais m’identifier sauf qu’il est grégaire et moi pas plus que ça. Sauf aussi que je n’ai pas le physique, ma surcharge pondérale s’opposant en toute hypothèse à ce que je prenne un jour mon vol. Même si des vols, vu mon métier j’en ai pris pas mal, mais d’abord ce n’est pas la même chose et ensuite, cette profession de steward, je ne l’exerce plus.

Choix musical : Franz Schubert - Impromptu D.899, op.90 : Allegretto - la bémol mineur

Archives diffusées : 

  • Archive Ina du 30 mai 1975 (au micro de Bernard Pivot) : Vladimir Nabokov à propos des romanciers  
  • Archive Ina du 1er janvier 1968 : Georges Simenon à propos de son expérience à la Police Judiciaire au Quai des Orfèvres pour l’écriture des Maigret 

Générique : Veridis Quo - Daft Punk 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.