Jouée dans le monde entier depuis le succès phénoménal d'"Art", la dramaturge aime mettre en scène elle-même ses pièces, et donne au Théâtre du Rond-Point sa version de "Bella Figura" avec un quintette d'acteurs de haut vol.

Yasmina Reza à la cérémonie d'ouverture du 43ème Festival du Cinéma Américain de Deauville le 1er septembre 2017
Yasmina Reza à la cérémonie d'ouverture du 43ème Festival du Cinéma Américain de Deauville le 1er septembre 2017 © Getty / Francois G. Durand/Contributeur Copyright : Getty

"Bella Figura" avait été écrite par Yasmina Reza pour et à la demande du metteur en scène, Thomas Ostermeier et avait été créée à Berlin en mai 2015 et présentée en création mondiale à Berlin le 16 mai.  Un an après, pour mieux marquer son retour à la mise en scène et éviter toute comparaison, l’auteure s’est réapproprié la pièce avec une bonne dose de légèreté contrairement au metteur en scène allemand et l’a montée au Théâtre du Rond-Point.

Même si Yasmina Reza n’a jamais raconté d’histoires dans ses pièces, "Bella figura" commence un soir d’été dans une belle voiture jaune rutilante sur le parking d’un restaurant, avec un couple illégitime dans une nuite chaude, et étouffante. Boris (Louis-Do de Lencquesaig) est un jeune cadre dirigeant un peu brut de décoffrage. Sa maîtresse Andréa (Emmanuelle Devos) est une femme instable qui se shoote aux médicaments. Leur soirée va s’avérer désastreuse, surtout lorsque Boris révèle à Andréa que le restaurant lui a été conseillé par sa femme. Tout se complique encore plus lorsqu’ils croisent sur le parking un autre couple (Camille Japy et Micha lescot) venu fêter l’anniversaire de leur mère (Josiane Stoléru). D’autant que la femme est l’une des amies de l’épouse de Boris. 

Pastille sonore : Thomas Ostermeier  

Choix musicaux : 

  • Nathan Zenagar avec Gimme Shelter
  • Colette Magny avec Melocoton
  • Cesaria Evora avec Saudade

Archives : 

  • Archive Ina de 1966 : Roger Blin parle du théâtre politique
  • Archive Ina 11 octobre 2010 : Imre Kertesz dit pourquoi il écrit 
  • Archive Ina de 1984 : Marguerite Duras explique l’écriture du livre Détruire

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.