Le contre-ténor Philippe Jaroussky continue d’explorer le mythe d’Orphée sur scène et avec un nouvel album.

Philippe Jaroussky, contreténor se produit lors de l'émission de télévision française "La Grande Librairie - Si on lisait" le 16 novembre 2015 à Paris.
Philippe Jaroussky, contreténor se produit lors de l'émission de télévision française "La Grande Librairie - Si on lisait" le 16 novembre 2015 à Paris. © AFP / LOIC VENANCE

Philippe Jaroussky est aujourd’hui le contre-ténor français, le plus demandé de sa génération. Avec sa voix d’ange, il nous emmène toujours au paradis sauf cette fois-ci, où il nous fait descendre aux Enfers à partir du 22 mai au Théâtre des Champs-Elysées, puis à l’Opéra royal de Versailles les 8 et 10 juin, avec "La Storia di Orfeo", disponible chez Erato/Warner music. 

Il y a une dizaine d'années, le metteur en scène canadien Robert Carsen mettait en scène pour l'Opéra de Chicago, Orphée et Eurydice (ou Orfeo Ed Euridice en italien), la tragédie opéra de Gluck, s'inspirant des fables de Monteverdi et réinventant littéralement l'opéra et son esthétique scénique à une époque où le classicisme était de mise. En montant ce chef d'œuvre, il avait pour ambition de donner une place de choix à la musique et au chant. Une nouvelle version revient sur la scène parisienne et met en avant le couple talentueux formé par Philippe Jaroussky et Patricia Petibon pour interpréter cette tragique descente aux Enfers. La mise en scène sera accompagnée par l’interprétation de l'orchestre I Barocchisti et du chœur de Radio France. 

Pastille sonore : Patricia Petibon 

Choix musical : Ella Fitzgerald avec "April in Paris"

Musiques : 

"Ideale" de Paolo Tosti chanté par Alessandro Moreschi, un chanteur italien, l'un des castrats les plus célèbres de la fin du XIXème siècle pour lequel on dispose d'enregistrements, réalisés entre 1902-1904

Générique : Veridis Quo des Daft Punk 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.