Ariane Mnouchkine dirige depuis des décennies et d'une main de fer le Théâtre du Soleil à Vincennes : une structure qui se déploie comme une coopération de travailleurs. Ce soir, elle vient nous dire sa colère face à la situation difficile que nous traversons depuis le début de la pandémie.

Ariane Mnouchkine en tournage
Ariane Mnouchkine en tournage © Radio France / Vincent Josse

Inscrite dans la tradition théâtrale de Jean Vilar, qui avec le Théâtre National Populaire développe une certaine manière de faire théâtre, Ariane Mnouchkine créé en 1970 le Théâtre du Soleil à la Cartoucherie de Vincennes. 

Le principale credo du lieu étant l'égalité entre chaque salarié. Pour se faire, elle instaure un salaire fixe, le même pour chaque personne travaillant à la réalisation des spectacles, et devient une figure de proue pour de nombreux directeurs et metteurs en scène de théâtre. 

Dans un entretien qu'elle a donné à Télérama le 9 mai dernier, elle commence par dire sa colère envers les politiques du gouvernement qui fragilisent le monde du spectacle depuis le début de la crise sanitaire, avant de se questionner : 

Comment reprendre le théâtre, qui ne se nourrit pas que de mots mais surtout de corps ? Quelles conditions sanitaires mettre en œuvre sans  qu’elles ne deviennent une censure insupportable ?

Le but premier pour Ariane Mnouchkine étant de protéger l'art vivant essentiel à nos vies.

Dans la nouvelle formule de l'Heure Bleue, un texte est proposé par nos invités. Ariane Mnouchkine a choisi un extrait de La ville parjure ou le réveil des Erinyes d'Hélène Cixous. Lecture par deux comédiennes du Théâtre du Soleil. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.