Faire face à la maladie d'un frère aimé, voir le monde auquel on s'était habitué s'effondrer.. C'est ce que relate l'ancien ministre de la Culture, écrivain et réalisateur Frédéric Mitterrand dans "Une drôle de guerre" (Robert Laffont). Il revient ce soir sur cette période douloureuse pour faire une ode à la vie.

Frédéric Mitterrand  animateur, producteur de télévision, de radio, acteur, réalisateur, et écrivain à Rennes, le 3 novembre 2018.
Frédéric Mitterrand animateur, producteur de télévision, de radio, acteur, réalisateur, et écrivain à Rennes, le 3 novembre 2018. © AFP / MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS

C'est un combat quotidien, celui contre la maladie, à l'échelle intime comme nationale que raconte Frédéric Mitterrand dans "Une drôle de guerre".   

Lors d'une soirée début mars 2020, alors que les mesures face à la propagation du virus du Covid-19 se durcissent, Frédéric est épargné mais son frère Jean-Gabriel est infecté. Deux semaines plus tard, il est en réanimation, puis plongé dans le coma. 

Frédéric Mitterrand tient alors un journal de confinement, où il retrace ses souvenirs de son frère, ceux des nombreuses personnalités décédées pendant le confinement, ses angoisses et son appréhension face aux informations médiatiques et au suivi médical de son frère. 

Emaillé de conversations par SMS avec ses amis et proches, ce carnet de bord rend hommage à tous ceux qui lui ont apporté leur soutien au cours de cette épreuve très difficile. 

Homme de lettres et de cinéma autant qu'homme politique, il partage dans ce livre, mais aussi dans l'émission de ce soir, ses réflexions sur les œuvres qui l'ont marqué, les artistes qu'il a aimés et commente l'actualité avec acuité. 

Les invités
L'équipe
Contact