L'Heure Bleue consacrera une semaine à Peter Handke, prix Nobel de littérature en 2019 pour son œuvre qui "forte d’ingénuité linguistique, a exploré la périphérie et la singularité de l’expérience humaine". Commençons par... le commencement.

Peter Handke, écrivain, dramaturge, scénariste, réalisateur et traducteur photographié en Allemagne en 1973.
Peter Handke, écrivain, dramaturge, scénariste, réalisateur et traducteur photographié en Allemagne en 1973. © AFP / MANFRED REHM / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE

Né le 6 décembre 1942, Peter Handke est un enfant de la Seconde Guerre mondiale, fils d’une cuisinière slovène et d’un soldat allemand. Peu avant sa naissance, sa mère, qui apparaîtra après sa mort dans Le Malheur indifférent, épouse un sous-officier de la Wehrmacht.

La vie étriquée, sombre, étouffante, de son enfance et de son adolescence auprès de ce beau-père alcoolique et brutal dans la grisaille de l’Allemagne de l’Est imprègne l’imaginaire de Peter Handke. Interne au lycée catholique de Tanzenberg, frotté à la lecture des classiques, bientôt étudiant en droit, il publie ses premiers textes à 17 ans.

Lorsque la maison d'édition Suhrkamp accepte son premier roman "Les Frelons" (1965), il interrompt ses études de droit qu'il était sur le point de terminer et mènera dès lors une existence d'écrivain indépendant.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.