Jonas Mekas s'en allé hier, mercredi, à l'âge de 96 ans à New York. Plus d'un demi-siècle auparavant, il y était devenu l'une des figures du cinéma d'avant-garde américain. l'Heure Bleue lui rend hommage ce soir.

Portrait du cinéaste et de l'écrivain, Jonas Mekas en mars 1990, à New York.
Portrait du cinéaste et de l'écrivain, Jonas Mekas en mars 1990, à New York. © Getty / Bob Berg

Jonas Mekas avait réalisé plus de soixante dix films, essentiellement sous forme de documentaire, avec l'envie de capter des moments de vie. Il n'a jamais suivi de script, il filmait, c'est tout. 

Très actif dans la communauté du cinéma, critique pour l'hebdomadaire new-yorkais de référence Village Voice où il défendait ardemment le cinéma underground, et parce que personne ne voulait distribuer les films d'avant-garde, contre la censure de l'époque, le patriarche du cinéma américain d'avant-garde avait créé la Film-Makers Cinematheque, lieu de projection de films d'avant-garde, devenu, en 1970, l'Anthology Film Archives. Ce centre, situé dans l'East Village à Manhattan, a constitué, au fil des années, l'un des plus importants fonds du cinéma alternatif, avec plusieurs milliers de films et de documents. Au moment de son décès, il en était toujours le directeur artistique.

Pour se souvenir, l'Heure Bleue rediffuse un portrait qui lui avait été consacré l'année dernière, le 6 janvier.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.