Il était une fois, il y a très longtemps, un peuple surgit du Nord, les Normands.

Pascal Quignard
Pascal Quignard © Radio France

Un vendredi de février 842, sur le bord de l’Ill, une rivière française qui baigne la plaine d'Alsace, dans un froid terrible, sur les lèvres des soldats francs, quand ils ont à proclamer leurs serments, une étrange brume qui se lève. On a appelé cette brume le « français ». Nithard, en transcrivant le soir même les "Serments de Strasbourg", est le premier à avoir noté la langue française. Il était aussi une autre fois l'histoire de jumeaux, Nithard et Hartnid, d' Hagus le Nautomer, de Sar la chamane, de Berthe et Angilbert, fille et gendre de Charlemagne. Pascal Quignard signe, écrit leur destin et la naissance de la langue française. Il est l'invité de l'Heure Bleue.

"4. Naissance de Nithard. Jadis, le jour où Nithard naquit, le comte Angilbert -qui était le père de l’enfant, lequel était aussi le père abbé de l’abbaye dédiée à saint Riquier de la baie de Somme- prit l’enfant alors qu’il sortait tout ruisselant du ventre de Berthe et dit : « Paupières qui vous levez pour la première fois, plissant votre peau si fragile tandis que vous dénudez vos deux gros yeux mouillés dans la lumière, je vous bénis au nom du père, du fils, de l’esprit. » C’est alors qu’un nouveau cri s’éleva. Il y avait un jumeau dans le ventre de Berthe ...". Extrait de "Les larmes" de Pascal Quignard aux Éditions Grasset.

Pastille sonore : Marie Vialle avec la pièce « La rive dans noir »

Choix musicaux :

  • Extrait de la Bande originale du film « Les parapluies de Cherbourg » avec " La gare, Guy s’en va"
  • "Les histoires d'A" des Rita Mitsouko

  • Archive Ina non datée : Emmanuel Levinas à propos de l’humain et du droit de vivre
  • Archive Ina du 14 mars 2012 :Carlotta Ikeda sa définition de la danse butô

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.