"Dans son travail, Agnès Varda affiche un talent puissant pour relier les questions de l'individuel et du collectif, du subjectif et de l'objectif, du réel et de l'imaginaire, du beau et du lamentable". Dominique Bluher, enseignante à l’université de Chicago est l'invitée de l'Heure Bleue ce soir.

Agnès Varda sur le tournage de son film 'Sans Toit ni loi' en avril 1985;
Agnès Varda sur le tournage de son film 'Sans Toit ni loi' en avril 1985; © Getty / Bertrand LAFORET/Gamma-Rapho

On se souviendra longtemps de la photographe et cinéaste Agnès Varda, décédée le 29 mars à l’âge de 90 ans. Il faudra aussi se souvenir de l’artiste, quelque peu fantasque, clamant haut et fort son admiration pour la pomme de terre, "symbole d’une vie qui se renouvelle sans cesse". Car, quelque part, l’œuvre d’Agnès Varda est intimement liée à ce tubercule de caractère, capable, même abandonné, même délaissé,  de germer et revivre.

"Au quartier de mon enfance qui se prononce XL il y a un musée mais je ne pouvais imaginer quand j'avais de 7 à 8 ans et que je prenais le tram Porte Louise que je reviendrais un jour âgée de 87 à 88 ans pour exposer mes travaux d'artiste ! Et pas que. Le voisinage d'images fixes et d'images animées, images de terre, de vent et de plages, propose aux visiteurs de glisser d'une impression à une autre et de me rencontrer au hasard des poteaux et des patates, au cours d'une balade au pays plat de mon enfance et dans les sentiers de mon imagination". Extrait de "Agnès Varda : Patates & compagnie".

Les recherches et publications actuelles de Dominique Bluher sont principalement axées sur les pratiques de films autobiographiques et alternatifs et c'est ainsi qu' elle a par exemple organisé une exposition de quatre installations vidéo récentes accompagnée d'une sélection de son travail photographique intitulée "Agnès Varda : Photographs Get Moving (des pommes de terre et des coquillages aussi)", une exposition de quatre installations vidéo récentes accompagnée d'une sélection de son travail photographique, c'est dire que l'enseignante connaît bien la cinéaste et également, participé à un ouvrage d'un collectif "Agnès Varda : le cinéma et au-delà".

Et puis, au programme ce soir, une conversation en 1985, dans l'émission "Microfilm" entre Serge Daney et Agnès Varda à propos de "Sans toit ni loi"

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.